David Bowie – No Plan

Il y a comme un goût amer à l’écriture de cette review. Puisque David Bowie, qui nous a quitté en janvier 2016, continue encore de nous émouvoir de sa grâce musicale. Depuis la sortie de son ultime effort, Blackstar, on s’y attendait… Malgré l’artiste, la promotion ne meurt jamais. Ce nouvel EP, intitulé No Plan est malgré son nom, extrêmement calibré.

Ces quatre morceaux qui composent No Plan sont naturellement nés du vivant de Blackstar. Outre le drame qui est survenu, restons en surface, gardons la neutralité. Que vaut honnêtement ce dernier EP de David Bowie ?

Il s’ouvre sur une claque. Lazarus, que nous connaissons déjà, semble suspendue dans le temps. Six minutes, vraiment ? “Look up here, I’m in heaven”, chante Bowie. En fait, on y est aussi, puisqu’il nous a sans aucun doute transporté avec lui. Vient le morceau éponyme de l’EP, No Plan. Très jazzy, le morceau nous rappelle son prédécesseur, avec cette guitare dissonante, cette voix tremblante, mais pourtant si sensible. Bowie pousse alors dans la voix de tête, il semble dans l’urgence : “there is my place, without a plan”. Survient un synthé rêveur, accompagné d’un cuivre malicieusement produit, qui survole et atteint lui aussi les cieux.


La seconde partie de l’EP déroute forcément. Killing A Little Time, surprenant cris du coeur totalement heavy, éclos en un riff de guitare nerveux. La batterie, déchaînée, poursuit l’orchestration. Si on jette un oeil au minuteur, tout est parfaitement jaugé. La deuxième moitié du morceau est une plongée dans un milieux plus hostile, plus discordant. Les fausses notes (qui ici, jouent juste) rendent ainsi le titre unique, il à sa place ici. Parfaite introduction au final (déjà ?). When I Met You débute docilement, comme un retour sur Terre. Les instruments s’écoutent davantage, les arrangements sont plus structurés. David Bowie surgit alors et on discerne un certain apaisement. Tout d’un coup, le temps d’un refrain, il se multiplie, tel un prisme qui nous éblouit de ses nuances. On profite d’une trouvaille sonore différente pour chaque oreille. Incroyable, ce final solennel ne peut qu’être une invitation à replonger une nouvelle fois dans sa discographie, si dense, si culte. David Bowie est vivant, encore, quelque part, il a survécu grâce à sa musique.

Ecoutez encore et encore l’EP No Plan ici.

No Comments

Post A Comment