Dhani Harrison : In///Parallel

Dhani Harrison sort à presque 40 ans son premier album solo. Et le fils du guitariste des Beatles n’a pas oublié ses origines et influences dans un album qui fait voyager.

Après avoir mener de nombreux projets (thenewno2, Fistful Of Mercy), c’est la première fois que Dhani Harrison se lance en solo. Un album qui lui tient à coeur et dont on a parlé dans une interview que vous pouvez retrouver ici. L’album de Dhani Harrison c’est un voyage à travers les genres, les époques, les cultures aussi. Dès l’entame, on entend clairement les sonorités indiennes si chères à George Harrison, son père. Never Know nous apprend beaucoup sur la couleur de l’album, une montée crescendo, des arrangements travaillés et une ambiance sombre, presque post-apocalyptique dans un monde en crise.

Pas plus rassurant, le second morceau explore en revanche un univers complètement différent et dévoile un autre aspect de la personnalité de l’artiste. Très électronique, #WarOnFalse est un titre plus épuré mais tout aussi marquant, traumatisant presque. L’album se poursuit dans la même veine, assez lourd, profond et terriblement sinistre. Downtown Tigers parvient à mêler sonorités électroniques brutes et violons dans une harmonie impressionnante. Un début d’album étonnant mais agréable de part la prise de risque énorme. Surtout lorsqu’on sait que le multi-instrumentiste a aussi produit et mixé l’album seul. Un travail de titan sur plus de 3 ans.

L’ambiance de l’album est cohérente, le voyage a effectivement lieu et même si l’album est expérimental et peu accessible, il est réussi. Sans parler des textes de l’album qui sont particulièrement travaillés, et se concentre sur un monde en crise et en guerre. Dhani Harrison livre ses peurs pour s’en affranchir mais aussi pour nous en affranchir. Et la suite de l’opus, réveille un auditeur un peu perdu par ce début d’album avec des morceaux plus “classiques”, Summertime Police fait le lien entre rock assez heavy et fond sonore électronique. Mereki apporte aussi une teinte plus pop comme dans Poseidon. Le nombre infini d’influences et de sonorités perd un peu l’auditeur qui est, certes transporté, mais laissé aussi un peu au bord de la route dans un album hyper complexe, Dhani Harrison avoue lui même “être le seul à le comprendre”.

Un album qui mérite plusieurs écoutes du fait de son originalité. Dhani Harrison a la liberté de faire ce qu’il veut et il en profite en s’exprimant de manière sincère dans un opus intéressant et très travaillé. Un travail incroyable qu’il faut saluer et écouter avec attention. La fin de l’album confirme ces bonnes impressions. The Light Under The Door rappelle presque Fleetwood Mac et la fin du morceau à la guitare est splendide. All About Waiting, premier single de l’album résume ce dernier avec efficacité et simplicité.

In///Parallel se clôt sur l’une des plus belles compositions de Dhani Harrison, Admiral Of Upside Down est une ballade guitare-voix absolument envoûtante. Un morceau qui permet de mesurer le talent du garçon. Un esprit créatif sans fin. Le morceau s’achève sur un solo de guitare dément pour une fin d’album tout simplement magnifique.

Dhani Harrison livre là un album unique, qu’on retiendra! Sincère, le fils du Beatles propose un album marquant, de part sa profondeur, son ambiance sinistre et son discours fraternel. Dhani Harrison a mis 3 ans à sortir In///Parallel et on comprend pourquoi. Un album à écouter car une chose est sûre, il ne vous laissera pas indifférent!

TRACKLIST:

Never Know

#WarOnFalse

Ulfur Resurrection

Downtown Tigers

London Water

Summertime Police

Poseidon (Keep Me Safe)

The Light Under The Door

All About Waiting

Admiral of Upside Down

Nos morceaux favoris: Never Know, All About Waiting, Admiral of Upside Down

LA NOTE: 7.5/10

 

No Comments

Post A Comment