Morrissey – Low In High-School

Tel le titre de l’album, le nouvel album de Morrissey comporte des hauts et des bas. Écoute et critique d’un opus attendu.

Après World Peace Is None Of Your Business en 2014, Morrissey, que l’on ne présente plus, est de retour dans les bacs pour notre plus grand plaisir, a priori. Onzième album studio de Moz, Low In High-School nous interpelle déjà par son titre accrocheur ! Il faut savoir que l’annonce de son nouvel album fut suivie de trois extraits : Spent The Day In Bed, I Wish You Lonely et Jacky’s Only Happy When She’s Up On The Stage, tous convaincants. Mais c’est sur un inédit que s’ouvre l’opus, à savoir My Love, I’d Do Anything For You. Dès le début, c’est un réel plaisir de retrouver la voix de Morrissey, l’une des plus belles et l’une des plus reconnaissables du Royaume. Un titre qui s’avère être très rythmé et très prenant, notamment grâce à une présente pertinente de cuivres, de quoi être d’attaque pour la suite. La suite, on la connaît puisqu’il s’agit d’I Wish You Lonely. Là encore, le rythme assemblé à la voix très distincte de Morrissey fait la force entêtante et fédératrice du morceau.

Nous voilà bien rentrés dans ce nouvel album que l’on attendait tant. Après l’inédit et agréable Home Is A Question Mark, on retrouve celui que l’on connaît déjà par coeur tant on l’a écouté depuis sa sortie : Spent The Day In Bed. Une mélodie jouée au clavier entêtante, des paroles puissantes et une voix toujours aussi magnifique, le combo gagnant. Musicalement, l’opus est assez bon. Il est loin d’être de la qualité d’un You Are The Quarry mais globalement, les parties musicales, sans être les plus intéressantes du monde, servent plutôt bien l’artiste. Prenons par exemple I Bury The Living. Si vous avez 7 minutes devant vous, croyez-moi, elles ne seront pas perdues. Sur ce moment, qui alterne entre crescendo et descrendo, la batterie accompagne parfaitement les montées en puissance de Morrissey. De toute façon, Morrissey prend presque toujours le dessus vocalement sur la composition.

Littéralement bercée par The Smiths quand d’autres découvraient Tragédie ou Lorie (oui, je caricature) puis amoureuse avec You Are The Quarry en 2004, prendre conscience que treize ans plus tard Morrissey n’a rien perdu de son talent est une véritable source de joie pour moi. De fait, le sublime In Your Lap, simple piano-voix mais d’une forte puissance est le bienvenue après les émotions parcourues lors d‘I Bury The Living où il retrace l’histoire d’uns soldat envoyé à la mort (ce thème de dénonciation de la guerre que l’on retrouve sur The Girl From Tel-Aviv Who Wouldn’t Kneel). Malgré tout, je le concède, Low In High-School comporte quelques titres sans aspect mélodique qui peuvent être superflus tels que The Girl From Tel-Aviv Who Wouldn’t Kneel ou All The Young People Must Fall In Love où le claquement des mains est inutile voire fait perdre en qualité à la chanson. En fait, l’album peut être scindé en deux : les pistes 1 à 7, remarquables et de très bonne qualité, puis de 8 à 12, où la déception est présente, l’une des plus grandes interrogations de l’album étant Who Will Protect Us From The Police?, où la partie instrumentale est improbable.

Mais heureusement, mis à part la partie musicale, on retrouve également dans cet opus la “patte” Morrissey dans les textes, notamment le thème de la solitude comme sur I Wish You Lonely : “I wish you lonely if only for one day so that you might see routine for me since the day I was born.” ou sur Home Is A Question Mark et le récurrent “Home is some place I dunno”. Ensuite, toujours dans Home Is A Question Mark, un autre thème se glisse très subtilement : son amour pour le cinéma français où il cite le film L’Enfer avec Guillaume Canet. Enfin, un cynique Morrissey sans prises de position ne serait pas Morrissey. Il fallait s’y attendre : Morrissey a des opinions et la musique est l’un des vecteurs pour les exprimer. Que ça vous plaise ou non, il n’en à rien à faire. Rien que la pochette est claire : “Axe the monarchy” nous laisse comprendre très simplement son opinion sur le régime politique britannique. Et comme à un peu près chaque fois qu’il prend la parole publiquement ces derniers temps, Morrissey est provocateur. D’une part, il dénonce les médias : “Teach your kids to recognize and to despise all the propaganda filtered down by the dead echelons mainstream media.” (My Love, I’d Do Anything For You) puis “Stop watching the news because the news contrives to frighten you, to make you feel small and alone, to make you feel that your mind isn’t your own.” (Spent The Day In Bed). D’autre part, il critique le pouvoir politique, la police et la guerre (The Girl From Tel-Aviv Who Wouldn’t Kneel, All The Young People Must Fall In Love, I Bury The Living, In Your Lap, Who Will Protect Us From The Police?). Enfin, le titre le plus polémique demeure Israel, dernière piste de l’album où Morrissey fait l’éloge du pays, dénonce les “jaloux” et balaie d’un revers de main les travaux des historiens qui depuis 1948, et avant, se heurtent à cet épineux sujet. Non, ici, Morrissey vous résume son avis en une trentaine de lignes, et on s’en serait bien passé. Si seulement c’était si simple, et ça se saurait.

 

 

L’album se clôt donc sur le dramatique Israel, au piano tragique et à la percussion aux allures militaires. Certes, cet album n’est pas le meilleur de Morrissey, loin de là. En même temps, parmi sa discographie, certains ont été d’une telle qualité qu’il est parfois difficile de faire mieux et de se renouveler. D’autant qu’on ne demande pas à Morrissey de se renouveler, on se contente de se satisfaire qu’il continue de tourner et de produire des morceaux de qualité. C’est le cas de plusieurs sur ce Low In High-School, un album surprenant mais agréable et que plusieurs écoutes ne lassent pas, et tant mieux. L’album – et l’artiste – s’avèrent contradictoires quand on réalise que l’opus se compose de deux parties totalement inégales, mais la force de Morrissey reste sa voix, et ça, même un mauvais morceau instrumental ne peut l’enlever ! Il ne nous reste plus qu’à espérer une tournée européenne pour que Morrissey vienne nous charmer avec sa merveilleuse voix et certaines de ses toutes autant merveilleuses chansons, même si le public n’échappera pas à certains titres sans saveurs.

 

 

Tracklist :

My Love, I’d Do Anything For You
I Wish You Lonely
Jacky’s Only Happy When She’s Up On The Stage
Home Is A Question Mark
Spent The Day In Bed
I Bury The Living
In Your Lap
The Girl From Tel-Aviv Who Wouldn’t Kneel
All The Young People Must Feel In Love
When You Open Your Legs
Who Will Protect Us From The Police?
Israel

Nos titres favoris : Spent The Day In Bed, I Bury The Living, I Wish You Lonely

 

LA NOTE : 7/10

 

No Comments

Post A Comment