Interview: Otzeki

C’est à la Gaîté Lyrique, quelques heures avant leur set au festival des Inrocks, que nous avons retrouvé Joel et Mike, les deux cousins anglais formant le groupe Otzeki. Ils nous en disent plus sur leur nouvel EP, Sun is Rising.

 

Vous avez fait de nombreux concerts en France cette année, qu’est-ce qui vous plait tant ici ?

Joel : Le public français est sensible à notre musique, on aime la culture française et les jeunes français. Ils semblent avoir beaucoup de goût en matière de musique et de culture.

Mike : Pas que les jeunes, les personnes âgées et les adultes, tout le monde !

Joel : Les gens sont très chaleureux ! Et la nourriture est incroyable, comme il n’en existe nulle part ailleurs.

Mike : Tu penses prendre un en-cas, mais en fait il s’avère n’être que le première plat, les plats se succèdent et les boissons aussi… C’est pratiquement le paradis !(rires)

Qu’est-ce que ça fait de jouer dans tant d’endroits différents ?

Joel : C’est super ! On adore ce train de vie, c’est génial de voyager et de voir autant de choses que possible.

Mike : Tu vois également des personnes différentes venant de milieux variés, entre petites et grandes villes…

 

Qu’est-ce que vous écoutez pendant vos tournées ?

Joel : Si tu veux y jeter un œil, on a fait une playlist « Otzeki Favourites » sur Spotify !

Mike : Je n’écoute pas grand-chose quand on est en tournée. On a peu de temps disponible pour ça…

Joel : Si on se déplaçait en voiture on pourrait, mais on est tout le temps dans un avion où un train et on utilise ce temps pour travailler sur de la musique ou dormir.

Mike : On n’a pas beaucoup de temps pour enregistrer parce qu’on fait beaucoup de musique électro et qu’on produit également pas mal sur la route.

 

Vous écrivez aussi pendant les tournées ?

Mike : Je passe mon temps à écrire, oui ! Mais tu ne sais jamais si ça va marcher, parce que quand tu écris des trucs sur la route, c’est très différent de quand tu mets ces paroles dans des chansons, tu peux te retrouver à dire « oh, c’est une bonne phrase mais ça ne rend vraiment pas bien comme paroles ».

 

Chaque fois que dans une interview quelqu’un vous demande d’où vient votre nom, Otzeki, vous avez une réponse différente (un assemblage aléatoire de lettres ou le titre d’un livre russe par exemple). Je me demandais ce que vous alliez répondre aujourd’hui ?

(rires)

Joel : C’est un fruit russe.

Mike : Originaire d’Afrique !

Joel : Il est apparu après la disparition des dinosaures, c’est un peu comme leur réminiscence.

 

Vous devriez garder cette explication ! D’ailleurs sur le sujet  des dénominations, vous définissez votre musique comme de l’EDR, Electronic Dance Rock…

Joel : C’est une description assez ironique !

Mike : On n’aime pas vraiment l’EDR donc c’est assez marrant de s’associer avec !

 

La pochette de votre nouvel EP Sun is Rising est assez intrigante et minimaliste, comment l’avez-vous créée ?

Mike : J’avais un livre de vieilles photographies de marchés parisiens, d’un photographe français dont je ne me rappelle plus le nom, et j’ai fait des collages à partir des photos, en déchirant les pages et cherchant certaines choses. Le premier collage que j’aie fait était super désordonné, avec plein de couleurs partout, puis j’ai voulu faire quelque chose à l’opposé. Je suis parti sur quelque chose d’extrêmement minimal, inspiré par Brancusi. Il concevait des choses qui avaient une apparence déroutante mais qui en même temps semblaient familières.

 

En parlant de visuels, vos clips ont toujours un concept et un message forts, vous vous considérez comme des artistes visuels en plus d’être des artistes musicaux ?

Joel : Moi pas vraiment.

Mike : Je ne me définirais pas comme ça, c’est un peu quelque chose que j’aie à faire.

Joel : Ca fait partie du job !(rires) On a besoin d’une vidéo, elle est où ? On pourrait l’avoir pour lundi s’il-vous-plaît ?

Mike : Mais je suis content que tu aimes nos vidéos !

Quelles étaient vos inspirations pour cet EP ?

Mike : Elles étaient vraiment diverses.

Joel : On a une piste expérimentale, Not Another War, on voulait commencer à montrer ce côté-là du projet. La chanson Sun is Rising a été écrite… Toutes les chansons ont été écrites à Cambridge, en fait.

Mike : On n’a pas les moyens de vivre à Londres donc on est retournés chez nos parents (rires). Ce qui est vraiment rock ‘n roll.

 

Cambridge, ça peut aussi être rock ‘n roll !

Mike : C’est vrai ! Pour les paroles, cet EP a également  été inspiré par différentes choses. Not Another War est à propos de tout ce qu’on apprend et qu’on éprouve, ces choses qui viennent s’apposer sur une toile vierge. J’étais intrigué par la manière dont toute une génération peut apprendre à ne pas aimer quelqu’un en fonction de sa nationalité ou son ethnie, Not Another War c’est une manière de dire « je n’en reviens pas que ça continue d’arriver, c’est tellement faux et horrible ».

Sun is Rising a été écrite juste après la victoire de Trump et le Brexit. La veille du Brexit, j’étais avec mon ami Félix et on se disait « qu’est-ce qui va se passer si il y a le Brexit, qu’est-ce que ça veut dire ? »

Joel : Brexit ça veut dire Brexit !

Mike : On se réveille et… C’est arrivé, on ne pensait pas que ça arriverait mais les gens pensent de différentes manières. On était dans notre petite bulle libérale et cette bulle a éclaté, d’où les premières paroles de la chanson « How do you feel now that the people have spoken ? » (Comment te sens-tu maintenant que le peuple s’est exprimé ?)… Tout en continuant de vivre sa vie, de danser et de ne pas penser à la politique.

Mike : Pour Anxious… J’ai pris une voix très aiguë, en essayant de chanter comme un enfant ou une femme. De nombreux hommes sont très anxieux. Cette anxiété vient de la pression de devoir se comporter d’une certaine manière et du fait que l’on se fait accuser de nombreuses choses, surtout en tant qu’hommes blancs, même si l’on n’a rien fait. On est nés comme ça et on fait de notre mieux, ce genre de choses.

 

Et vous avez des projets de collaborations musicales ?

Mike : On collabore avec de nombreux artistes, des artistes visuels.

Joel : Ce ne sont pas des musiciens mais des personnes avec qui on travaille pour des concerts par exemple.

Mike : Il y a mon ami Felix Carr ou encore Frankie Roberts.

Joel : C’est ma sœur !

Mike : Elle est merveilleuse.

 

Merci beaucoup d’avoir pris le temps de répondre à nos questions, bon concert à vous !

Otzeki : Merci ! Merci beaucoup.

 

Propos recueilllis par Justine Lepage pour SoundofBrit. Le nouvel EP d’Otzeki, Sun is Rising, est sorti le 17 Novembre 2017. Merci à Joel et Mike, ainsi qu’à Melissa Promotion et la Gaîté Lyrique d’avoir permis cette interview.

Concerts Otzeki
 
Otzeki à Villeurbanne - 10 mai 2018
No Comments

Post A Comment