La découverte du dimanche : Cosmo Sheldrake

Cosmo Sheldrake, ce n’est pas juste un nom qui claque : c’est aussi un garçon particulièrement prometteur. On vous explique pourquoi.

Cosmo Sheldrake a 27 ans. Cela lui a donné le temps de voyager, d’explorer, d’apprendre, et surtout de composer. Ses morceaux sont comme des explosions de sonorités irrésistibles, il est tout bonnement impossible de rester de marbre en les écoutant. Avec des rythmes très marqués, une voix profonde et une multitude d’instruments et de sons divers, Cosmo Sheldrake réussit à créer une pop éclectique et particulièrement efficace, comme sur son single Come Along.

Revenons maintenant un peu sur le parcours du jeune homme, pour mieux comprendre ses différentes influences. De son père biologiste, il garde un vif intérêt pour la nature; de sa mère, il acquiert une culture musicale variée, puisqu’elle enseignait le chant mongolien et travaillait parfois sur d’autres projets, comme sa collaboration avec un compositeur allemand d’avant-garde. Le petit Cosmo tombe ainsi dans le bain musical très tôt, jouant du piano à 4 ans et découvrant le blues à 7. À l’adolescence, il se dirige plus vers les percussions en les programmant sur le logiciel Logic. Il compose au même moment la bande originale pour des pièces de Samuel Beckett, ainsi que pour un projet appelé Relax & Dream consistant à montrer des vidéos de nature avec de la musique apaisante à des enfants hospitalisés. Il a réitéré une expérience similaire récemment, mais à plus grande ampleur, en signant la bande originale de Moving Art, une série Netflix explorant la beauté de la nature sauvage.

Il maîtrise donc aujourd’hui toute la construction des morceaux et, en tant que touche-à-tout multi-instrumentiste, fabrique ses chansons en y rassemblant toutes sortes de sons. Car Cosmo Sheldrake n’utilise pas seulement des instruments, mais bien des vrais sons qu’il enregistre aux quatre coins du monde : sur son dernier single, Mind of Rocks (en collaboration avec la chanteuse Bunty), des cris de chauve-souris du Panama côtoient par exemple le bruit d’une tempête écossaise… Son précédent EP, Pelicans We, regorge lui aussi de perles dynamisantes comme Rich (avec Anndreyah Vargas) ou The Fly.

Maître d’un jeu sonore dont il connaît les règles par coeur, Cosmo Sheldrake s’impose donc comme un artiste à suivre impérativement. Il jouera jeudi au Pop Up du Label (la date est déjà complète), et repassera par Paris le 3 mai prochain au Point Éphémère. Son premier album est prévu pour le 6 avril, et s’intitulera The Much Much How How and I.

Concerts Cosmo Sheldrake
No Comments

Post A Comment