STEREOPHONICS en concert à l'Olympia, à Paris, le 26 janvier 2018

Stereophonics, endurance et énergie à l’Olympia

20 ans de carrière, ça se fête ! Le passage parisien des Stereophonics a-t-il convaincu ? Retour sur un show porté devant un Olympia complet.

C’est Alex Francis qui ouvre le show. Le chanteur et ses quatre musiciens délivrent une performance propre et sympathique, offrant quelques appréciables solos de guitares parsemés dans les chansons. La salle se remplit petit à petit.

STEREOPHONICS en concert à l'Olympia, à Paris, le 26 janvier 2018

 

Il est 21 heures lorsque les Stereophonics arrivent sur scène, devant une foule dense et déjà conquise. La batterie surplombant la scène permet au public d’admirer la performance dynamique de Jamie Morrison. Au-delà de la disposition des membres du groupe, on assiste à un véritable show visuel. Lumières et projections à l’arrière de la scène se suivent et ne se ressemblent pas. Après une ouverture sur les chapeaux de roues, pendant laquelle le chanteur Kelly Jones et ses acolytes entonnent Chances Are devant un décor de course automobile, les différentes animations se succèdent de manière éclectique. On aperçoit entre autres des silhouettes féminines, un motel américain, des formes 3D ou des animations poétiques. Ça part un peu dans tous les sens, mais certains effets sont particulièrement réussis, comme ceux accompagnant All in One Night, figurant une nuit enneigée.

STEREOPHONICS en concert à l'Olympia, à Paris, le 26 janvier 2018

Les effets visuels variés ont le mérite de dynamiser le show, qui est, il faut l’avouer, assez long. Pendant deux heures, 24 titres se succèdent à une vitesse incroyable, sans une minute de répit. « On a voulu couvrir toute la période de notre carrière, jouer certains morceaux qu’on ne joue jamais» dit Kelly Jones à ce sujet lors d’une des rares interactions avec le public ponctuant le spectacle. Les fans de la première heure ne peuvent que se réjouir de cette setlist, même si le show aurait peut-être gagné en efficacité en étant plus court.

C’est sans surprise pendant les morceaux les plus connus que l’énergie du public est à son comble. Le premier moment fort arrive ainsi dès le troisième titre, C’est La Vie. Le public se trémousse et donne de la voix. Des chansons plus mélancoliques sont également de la partie (Graffiti on the Train), quelques couples dansent des slows.
Malgré quelques longueurs, l’énergie du groupe reste impeccable, et lorsque sonne l’heure du rappel, après un énergique The Bartender And The Thief, le public acclame à tout rompre. Mr and Mrs Smith, suivie de Dakota, viennent conclure le show et laissent les fans ravis.

STEREOPHONICS en concert à l'Olympia, à Paris, le 26 janvier 2018

Les Stereophonics à l’Olympia, c’est un show qui en met plein les yeux et les oreilles, avec une qualité de son exceptionnelle. Dans des conditions de live toutes autres, on pourra les retrouver à Paris cet été pour le Lollapalooza.

Setlist:

Chances Are
Caught by the wind
C’est La Vie
I Wanna Get Lost With You
Taken A Tumble
Superman
Roll Up and Shine
100MPH
Maybe Tomorrow
All in One Night
Drowning
Geronimo
What’s All the Fuss About ?
White Lies
Sunny
Just Looking
Graffiti on the Train
Indian Summer
Mr Writer
A Thousand Trees
Local Boy in the Photograph
The Bartender and the Thief

Rappel:

Mr and Mrs Smith
Dakota

Retrouvez ici les photos du set !

Concerts Stereophonics
 
Stereophonics à Paris - 22 juillet 2018
No Comments

Post A Comment