Dream Wife – Dream Wife

Dream Wife. Rien que le nom est là pour se faire remarquer. Et on les remarque, ces trois femmes ! Alice, Bella, Rakel : trois noms que vous allez probablement retenir d’ici les semaines à venir, si vous ne les avez déjà sur le bout de la langue. C’est que les trois anglaises viennent de sortir un premier album de pop punk détonnant, efficace sur toute la ligne et donc clairement gagnant.

C’est l’un des albums les plus attendus de ce mois de janvier : le premier album du trio Dream Wife. Après avoir fait parler d’elles par des prestations live musclées et après avoir sorti quelques singles remarqués (Let’s Make Out, Fire…), l’heure de passer aux choses sérieuses est arrivée. Le résultat est un album court (à peine 35 minutes) mais dense, d’une intensité juvénile bienvenue.

C’est la bombe Let’s Make Out, qui après avoir laissé son choeur gentillet démarrer le tout, passe à la vitesse supérieure en déchargeant une énergie punk assez impressionnante. Le terrain est connu des fans, permettant une entrée en matière qui ne dépayse pas, mais qui fait un bien fou. La suite de l’album sera-t-elle à la hauteur ? Bien évidemment. Car ce Dream Wife contient des chansons réellement addictives, oscillant entre la pop et le punk sans toutefois perdre en cohérence.

C’est ainsi qu’un Act My Age reprend les codes d’un pop-rock efficace, mais en les sublimant par cette énergie féminine qui se dégage de chaque titre; normal, quand il y a trois filles quelque peu enragées derrière tout ça. Les morceaux se veulent plus ou moins directs, entre un Hey Heartbreaker frontal et libérateur, ou un Right Now qui rappelle un peu les Strokes période Room on Fire.

Parfois, tout de même, notre trio adoré décide d’adoucir le rythme. Love Without Reason devient alors un morceau beaucoup plus calme que ses voisins (tout du moins pendant ses couplets), et tout aussi réussi. Il serait presque mignon, avec ses paroles qui ont trait à l’enfance et à une relation amoureuse qui s’esquisse. Mais comme pour soutenir le fait qu’elles se veulent plus punk que pop, les Dream Wife terminent leur demi-heure musicale par une boule d’énergie pure, un F.U.U. (Fuck You Up) de presque quatre minutes, enlevé, dans lequel la rappeuse islandaise Fever Dream s’invite et prend un malin plaisir à hurler « Dream Wife for life ». On verra si on pourra en effet compter sur Dream Wife dans le futur, mais nous en tout cas, on est clairement pour.

Tracklist :

Let’s Make Out
Somebody
Fire
Hey Heartbreaker
Love Without Reason
Kids
Taste
Act My Age
Right Now
Spend the Night
F.U.U. (avec Fever Dream)

 

Nos morceaux favoris : Let’s Make Out, Love Without Reason, Somebody

La note : 9/10

Concerts Dream Wife
 
Dream Wife à Cabourg - 1 juillet 2018
 
Dream Wife à Belfort - 5 juillet 2018
No Comments

Post A Comment