Cosmo Sheldrake – The Much Much How How And I

Cosmo Sheldrake, que l’on vous avait présenté en fin d’année dernière, vient de sortir son premier album The Much Much How How and I. L’occasion pour le multi-instrumentiste de nous faire rentrer dans son univers très coloré, à l’image de la pochette de l’album. 

Combien d’artistes utilisent le son de chauve-souris du Panama dans leurs chansons ? Probablement très peu, si ce n’est aucun… mis à part Cosmo Sheldrake. En perpétuelle recherche de sons nouveaux, le jeune anglais construit des chansons aux instruments et aux sons éclectiques, qui se démarquent de la pop habituelle tout en accrochant fortement l’oreille de l’auditeur. Ce n’est pas un bizarre étrange ou dérangeant que propose Cosmo Sheldrake, plutôt un bizarre qui reste familier. Voyons un peu plus en détails ce que donne alors cet album.

L’ouverture de The Much Much How How and I est poétique : comme une invitation à venir découvrir le monde de l’artiste, Linger Longer débute en effet par un enregistrement de Cosmo, seul dans un champ, essayant en vain de recueillir le chant d’un oiseau. À partir de là, une jolie symphonie prend la suite, avant que la voix basse et forte du chanteur ne vienne se pose dessus, amenant plus de rythme.

De rythme il sera question sur tous les autres morceaux, puisque celui-ci est à chaque fois très marqué, que ce soit sur les singles extrêmement accrocheurs Come Along et Egg and Soldiers ou sur les plus doux Mind of Rocks et Pliocene. Cosmo Sheldrake varie les formats de ces chansons, ainsi que leurs univers, parfois rêveurs, souvent colorés, mais aussi sombres et graves par moments. Prenons par exemple Birthday Suit, qui contrairement à son titre n’est pas très festive; elle est certes enlevée, mais surtout grave avec ses choeurs qui viennent accentuer cet effet. Beetroot Kvass aussi, très sombre, sans aucun chant de Cosmo pour nous sortir de cette ambiance effrayante et anxiogène : c’est tant mieux, car ce n’est pas souvent qu’un morceau produit un tel effet !

Au contraire, Solar Waltz en milieu d’album est une valse à l’ancienne, dont le principal instrument est donc le Soleil. Ou plus exactement le son du Soleil tel que retransmis par les astronomes qui en ont traduit les fréquences radios en sons acoustiques… Le résultat est un morceau qui se déroule en longueur (à presque 6 minutes, c’est le plus long de l’album), que l’on imaginerait très bien en bande originale de film d’époque se déroulant au XVIIe siècle, si ce n’est pour le chant plus moderne de Cosmo Sheldrake. Poétique et lumineuse, c’est une des vraies réussites de cet album.

La deuxième moitié de l’album s’ouvre sur une note assez particulière : Spring Bottom. Les clapotis de l’eau en sont l’élément principal, et proviennent ici d’un enregistrement de la copine de Cosmo Sheldrake dans son bain. Le morceau dénote du reste, en permettant une petite coupure pour mieux entamer la suite. Pliocene, plus loin, est un des piliers de cette deuxième moitié, avec ses chœurs en écho qui permettent de soutenir le refrain déjà très efficace. Juste après ce puissant morceau vient Linger A While, reprenant les mélodies instrumentales légères que l’on trouve déjà sur Linger Longer ou Solar Waltz. Le final, lui, est assez mémorable : commençant comme un morceau parmi les autres, il s’enrichit vers sa moitié d’une fanfare compose d’amis de Cosmo Sheldrake. Sorte de joyeux foutoir musical où chacun y va de son improvisation, cela donne un cocktail évidemment très dynamique; on peut lui reprocher de manquer un peu de direction, mais en tout cas pas de défoulement de la part des musiciens.

C’est donc un univers riche que développe Cosmo Sheldrake tout au long de cet album. Tantôt lourd et puissant (Pliocene, Beetroot Kvass), tantôt léger et lumineux (Linger Longer, Solar Waltz), c’est une succession de délires sonores dont Cosmo Sheldrake semble maîtriser toutes les ficelles.

Tracklisting :

Linger Longer
Wriggle
Birth a Basket
Birthday Suit
Come Along
Solar Waltz
Mind of Rocks (avec Bunty)
Sprint Bottom
Egg and Soldiers
Axolotl
Pliocene
Linger a While
Beetroot Kvass
Hocking

Nos morceaux favoris : Come Along, Solar Waltz, Pliocene

La note : 8/10

Concerts Cosmo Sheldrake
No Comments

Post A Comment