Radiohead dans l’enfer moderne: 20 ans de OK Computer

C’était en 1997. Bien avant que Radiohead, le quintet mené par Thom Yorke, ait le statut mythique qu’on lui connait aujourd’hui, est né OK Computer.

Le rapport de tout à chacun à l’art de Radiohead est variable. Un aléa inévitable tant la musique de la formation s’est révélée au fil des années imprévisible, inattendue, revêtant de nombreux visages. Mais avant les expérimentations électroniques qui ont forgé le groupe que nous connaissons aujourd’hui, Radiohead était une bande d’amis qui se relevaient du succès de leur second album, The Bends. Comment évoluer de ce point de départ?

C’est quand il n’y a pas de limites que le processus de création est le plus complexe. Sans deadline, sans ordres, la formation de Thom Yorke a eu le champ libre le plus total pour façonner un 3ème opus allant à l’encontre de tout ce qui avait été créé dans The Bends. La réinvention était nécessaire aux yeux de tous les membres du groupe. Et au-delà de l’inspiration, ils ont également trouvé leur implicite 6ème membre: Nigel Godrich.

De lieux d’enregistrements en composition surréalistes et rêveries alternatives, la formation a retourné son sens de la composition sens-dessus-dessous pour offrir un effort déjouant toutes les attentes, allant là où personne ne pensait que le groupe s’aventurerait. D’un maelström d’idées, d’un capharnaüm de sons, d’une preuve incontestable de génie à une autre, Radiohead ont construit pièce par pièce le plus grand chef-d’œuvre de rock alternatif de la fin du 21ème siècle, la pierre angulaire qui allait tout dévaster sur son passage: OK Computer.

 

La pochette

Éthérée et ouverte à interprétation, la pochette du 3ème effort de Radiohead a été créée par Stanley Donwood, collaborateur de longue date du groupe, et notre cher Thom Yorke. Visant à évoquer tout ce qui n’avait pas pu être dit dans les textes, l’artwork prend ainsi la forme d’une fresque générée par ordinateurs où se distinguent autoroutes, familles, villes, … Le rendu exact est évidemment libre à interprétation. Quant aux tonalités, le choix de la palette bleue/blanche vient créer une atmosphère incomparable volontairement voulue par Thom Yorke, souhaitant se rapprocher de la couleur d’un os décoloré. Macabre et génial.

 

Le titre

Peur des technologies, hommage à une fonctionnalité du Macintosh, référence au livre H2G2, le titre OK Computer, originalement destiné à la b-side Palo Alto, vient servir la notion de technologie et de tous les effets, positifs comme négatifs, qu’elle entraîne. Terrifiant et représentant l’acceptation et la crainte du futur pour Thom Yorke, et parfaitement expliqué par Jonny Greenwood: “Le titre OK Computer a commencé à s’attacher à l’album et à créer toutes ces étranges résonances que nous essayions de concevoir.”

 

Les thèmes

Bien plus complexes que ce que Thom Yorke avait pu créer par le passé, les paroles de OK Computer voguent sur une mer abstraite et mystérieuse dans laquelle nous ne pouvons que nous délecter de plonger. On retrouve tout au long de l’album les technologies, la folie, la mort, la globalisation ou encore le rejet du capitalisme. Yorke s’est décrit comme prenant des Polaroids d’un monde défilant trop vite autour de lui. Vision novatrice toujours d’actualité.

 

La réception

Rarement réception aura été aussi unanime. OK Computer a été plébiscité, encensé, adulé et constitue pour beaucoup le meilleur effort de Radiohead. Dense, novateur, unique, OK Computer a révolutionné tous les genres auxquels ils se frottaient et a défini un nouveau mètre étalon pour tous les albums rock alternatifs à venir. Nombre de formations n’auraient pu exister sans l’influence du 3ème effort de Radiohead sur la sphère musicale: un exploit rarement égalé.

 

3 singles à retenir

Paranoid Android

Par où commencer? Structure atypique, sonorités novatrices, ce titre de Radiohead est un irrésistible OVNI terriblement addictif et ne cessant de surprendre.

Karma Police

Sans conteste l’un des titres les plus fédérateurs du quintet. Terriblement mélancolique, le titre se conclut sur une formidable outro jouant l’oxymore, pour notre plus grand régal.

No Surprises

Popularisé à l’excès, ce titre de Radiohead n’a pourtant rien perdu de son discret charme, avec sa subtile mélodie et cet incomparable chant de Thom Yorke.

3 non-singles à retenir

Let Down

Une bizarrerie dingue prête à nous broyer le cœur à tout instant, Let Down est une ballade sans pareil contenant l’une des plus belles et énigmatiques phrases de l’histoire de la musique. On vous laisse découvrir.

Exit Music (For a Film)

Titre apocalyptique dévastateur, Exit Music (For a Film) joue la carte de la sombre douceur pour finalement exploser dans une harmonie sans pitié qui écrase tout sur son passage.

Climbing up the Walls

L’un des titres les plus sous-estimés de Radiohead? L’un des plus déchirants pour sûr. Trop en dire serait gâcher son potentiel venant vous frapper en uppercut par surprise. Savourez.

Dire que OK Computer est un des albums les plus importants de l’histoire de la musique serait un doux euphémisme. Révélation d’un groupe hors normes, collection cohérente de chansons parfaites, influence à la naissance de nombreuses essentielles formations, le seulement 3ème effort des mythiques Radiohead a changé le monde de la musique à jamais; et nous a transformé au passage.

No Comments

Post A Comment