Creeper – Eternity In Your Arms

Un nouveau chapitre s’ouvre définitivement pour le groupe émergent de la scène horror-punk : Creeper. Ils sont six et nous présentent leur premier opus, “Eternity In Your Arms”. Ecoute et critique. 

Il y a de ces nouveaux groupes qui tentent, parfois, de transcender le genre. Creeper est arrivé cette année avec une idée bien en tête. Rendons la part belle à l’horreur, au sens propre d’un punk d’antan, aujourd’hui enfoui sous un tas d’artistes indés qui transforment la recette à leur manière. Avec son premier opus Eternity In Your Arms, très attendu par les adeptes, le groupe propose une direction sans embûches, bien tracée. Doté d’un leader vocal au talent proche de Rou Raynolds des compères Enter Shikari, Creeper ne manque pas de toupet. Maintenant que le groupe est bien en place, concrètement, ça vaut quoi ?

Eternity In Your Arms s’ouvre en douceur. Black Rain est un morceau trompeur. Débutant sur de jolies notes de piano, une voix féminine s’élève, céleste. Vient le second tableau, plus violent, plus percutant aussi. Globalement, le parti s’avère réussi et l’album s’offre donc un démarrage au couteau. Poison Pens, plus convenue, est certainement le single formaté qu’il était nécessaire d’inclure. Le refrain le plus mémorable, on l’accorde au titre suivant. Suzanne fonctionne comme une balle rebondissante. Au sol (les couplets), elle prépare son envol (les refrains). Totalement fédérateur, pas si déplaisant. Creeper est loin d’être un plaisir coupable. Il faut savoir accorder le talent lorsqu’il existe foncièrement. Hiding With Boys convainc davantage. Même si le morceau est assez court, il propose une variation intéressante dans son deuxième tiers. Quelque chose qu’il est rare d’entendre ; cette déstructuration est une bonne surprise.

Légère débandade. Alors qu’on était clairement lancés dans la turbine, la machine rétrograde. Malheureusement, Misery n’est autre que la ballade inutile qui aborde des arrangements mous du genou. A la fin, la tension monte mais en reprenant le même thème. Sans vraiment émouvoir, Creeper prendrait-il le chemin dangereux du patos ? Au risque de vous décevoir, on retrouvera le même schéma dans Crickets. “You were my dream, now a nightmare”… Même si Hannah Greenwood (qui s’occupe aussi notamment du violon) possède une voix parfois touchante de part son éraillement, le song-writing est trop tire-larme pour être pris au sérieux. Dommage. Bonne nouvelle, Eternity In Your Arms ne repose en rien sur ces quelques moments gênants. Outre l’orchestral Down Below, Creeper plonge les pieds dans le plat une bonne fois pour toute. Room 309, qui use (enfin) de la fameuse double-pédale, nous enchante. La structure complexe du titre s’adonne totalement aux instruments, qui rugissent. Viennent les choeurs, d’une puissance assommante. Ici, on pense quand même beaucoup à Enter Shikari. De Darling à la très personnelle I Choose To Live, on retient l’entre-deux : Winona Forever. You could be my Winona” chantonne Gould. Les power-chords sautillent, clairsemés d’un piano, qui est, avouons-le, vraiment un plus pour  Creeper.

Malgré ses influences notables, Creeper semble plus volontairement ancré dans un son plus propre, ce qui peut lui causer, parfois, un manque “d’humanité”. A ceci s’ajoute une poignée de morceaux déprimants qui freinent indéniablement l’entrain que peut posséder Eternity In Your Arms. Avec son premier album, Creeper ne déçoit pas complètement. Ce n’est ni un chef-d’oeuvre, ni une purge. Juste une galette qui ne franchit jamais ses limites.

Tracklisting 

Black Rain

Poison Pens

Suzanne

Hiding With Boys

Misery

Down Below

Room 309

Crickets

Darling

Winona Forever

I Choose To Live

Nos morceaux favoris : Black Rain, Hiding With Boys, Room 309

La note : 7/10

No Comments

Post A Comment