Splendeur et rage: King Krule envoûte le Casino de Paris

Le prince King Krule venait ce soir confronter son magnum opus The Ooz aux planches du Casino de Paris. Pari gagné? Récit.

Aucun délicieux plat ne se déguste sans une excellente mise en bouche. 20h pétantes, le quatuor Horsey débarque sur scène, tout en vestes pailletées dorées. Quelques maladroits mots en français, puis le groupe dévoile son jeu: assénant un pop-rock résolument baroque à la face du public encore à froid, Horsey font alors démonstration d’un étalage de compositions débordant d’inventivité, d’ingéniosité et de technicité. Batterie énervée, claviers tonitruants, chant à 2 voix transpirant le Wall le plus Floydien; le cadre est posé.

HORSEY – PARIS – Casino de Paris – 2017-11-26

Dans une forme d’énergie follement tranquille, le groupe lâche ses singles Weeping et le « très Disney », selon son interprète, Park Outside Your Mother’s House. Une ballade romantique à plusieurs vitesses ne perdant rien de sa technicité, et voilà que Horsey s’éclipsent déjà. Une efficacité quasi-virtuose, un réel sens de la composition et un cachet propre à eux: les 4 musiciens ont toutes les cartes en main. Comptez sur nous pour vous reparler d’Horsey d’ici peu.

C’est avec 5 interminables minutes de retard que le Krule s’avance sur scène; 21h05 donc. Mais le temps n’est plus aux plaisanteries, ni même aux délicates ballades construites tout au long de 6 Feet Beneath the Moon. Délivrant d’office une décharge électrique, sir Marshall, soutenu par ses 5 acolytes, lâche un diptyque Has This Hit/Ceiling débordant d’énergie et de rage, à des années lumières de leurs modèles studio. Le seul point de repère? La voix de King Krule, inimitable, implacable.

KING KRULE – PARIS – Casino de Paris – 2017-11-26

Véritable pile électrique, notre frontman adoré semble prêt à exploser à chaque instant. Léguant les parties les plus techniques de ses morceaux à son confrère guitariste, il ne reste que rarement en place, éructant avec une joie viscérale dans son micro. « Bonsoir Paris. Ça fait plaisir d’être de retour. » Efficace laconisme; excuse parfaite pour enchaîner coup sur coup le premier extrait de l’incroyable The Ooz, Dum Surfer, puis le chef-d’œuvre de 6 Feet Beneath the Moon, A Lizard State. Le Krule, bien soutenu par ses impeccables musiciens, ne perd pas une minute, appuyant chaque mesure grâce à un saxophoniste conférant encore une autre épatante dimension aux morceaux. Changement de tempo: l’interprétation se conclue sur un thème résolument film noir. Pour notre plus grand bonheur.

King Krule n’officie évidemment pas que dans l’énergique. Le jazzy Midnight 01 (Deep Sea Diver) vient ralentir la cadence, pour un résultat très dansant, tandis que The Locomotive vient nous décoller un crochet mordant, de par sa rage punk brûlante exacerbée en live. Le temps d’amener un clavier sur scène, et c’est l’enchaînement Logos et Sublunary qui s’offre à nous. Tout en délicatesse, c’est évidemment là que les premières odeurs de marie-jeanne nous montent au nez.

KING KRULE – PARIS – Casino de Paris – 2017-11-26

Mais ce n’est qu’une question de temps avant que l’insatiable Archy Marshall remette les couverts. Rock Bottom et Little Wild vienne secouer une fosse qui n’attendait que ça, provoquant d’hallucinants élans de félicité parmi les premiers rangs. Rythmique guitare impeccable, sample de voix, batterie infernale, énergique et technique, saxophone à l’appui; à peine le temps de souffler que Emergency Blimp vient nous mettre une nouvelle mandale, débordant de délicieuse furie punk.

Impeccablement découpé, le set de sir Marshall prend de nouveau le temps de nous caresser dans le sens du poil. (A Slide In) New Drugs et The Ooz s’enchaînent, laissant même le temps à une invitée féminine de poser sa voix sur l’outro du dernier morceau; tandis que les musiciens, eux, explorent toujours plus en profondeur les morceaux, leur conférant une nouvelle vie insoupçonnée. Half Man Half Shark débarque alors, nouvelle magistrale claque, le Krule prenant à peine le temps de reprendre sa respiration entre deux lignes de refrain.


« Peut-on avoir des lumière bleues »? Naviguant sans cesse entre, rose, rouge, vert et bleu, c’est évidemment sur cette dernière tonalité que Archy Marshall lâche un Baby Blue évidemment parfaitement accueilli et émouvant en diable. Ultime coup de tonnerre: le riff de Easy Easy vient faire hurler le Casino de Paris, dévoilant un tout nouveau refrain absolument irrésistible venant inaugurer les premiers et derniers mosh-pits de la soirée. Joueur, King Krule feint de s’évader; pour quelques instants seulement.

Seul avec sa guitare, sir Marshall lance alors un Out Getting Ribs absolument sublime, vite rejoint par toute sa clique qui anime le titre comme une seule entité, prétextant quelques variations mélodiques pour dévoiler une nouvelle tournure sonore ou un nouveau geste sonique d’une ampleur folle. L’extase passée, King Krule fracasse sa guitare au sol dans un ultime geste résolument rock et s’enfuit cette fois pour de bon, laissant le soin aux lumières de nous ramener sur terre.

KING KRULE – PARIS – Casino de Paris – 2017-11-26

Car il est difficile de se confronter à la gravité terrestre après le lunaire set balancé par le Krule. De splendides et triomphantes réinventions en irrésistibles nouveautés, le musicien a su varier les plaisirs pour offrir un show total n’appartenant qu’à lui, sublimant toutes ses compositions dans un geste audacieux que nous n’aurions jamais pu prévoir. Les 1h20 offertes paraissant alors un peu courtes, mais n’est-ce pas la prix à payer pour rester enfermé dans la bulle concoctée par l’incroyable Archy Marshall?

________________________________________________________________________________

Setlist King Krule @ Casino de Paris (26/11/2017)

Has This Hit
Ceiling
Dum Surfer
A Lizard State
Midnight 01 (Deep Sea Diver)
The Locomotive
Logos
Sublunary
Rock Bottom
Little Wild
Emergency Blimp
(A Slide In) New Drugs
The Ooz
Half Man Half Shark
Baby Blue
Easy, Easy

Out Getting Ribs

Concerts King Krule
Attente billetterie
King Krule à Paris - 3 juin 2018
No Comments

Post A Comment