Arctic Monkeys @ Zénith de Paris, 4 février 2012

A l’occasion d’un tour de France composé de sept étapes, Arctic Monkeys a pu tester la fidélité de son public. De passage à Paris, les britanniques n’ont pas laissé leurs fans sur le bord de la route.

 

Il y a chez les britanniques d’Arctic Monkeys , formation originaire de Sheffield, une culture du défi et du risque. Automne 2011, ces singes adeptes du rock annoncent un tour de France pour le moins inédit. Sept étapes dans un rythme effréné. Le tout accompagné par un rouleur de luxe, révélation de l’année 2011, Miles Kane.

 

Miles Kane attaque en solo

 

Miles Kane , ex-pilier des Rascals, récemment co-tête pensante des Last Shadow Puppets avec Alex Turner (leader d’Arctic Monkeys), s’est payé un sacre luxe. Celui de lancer une course palpitante, au Zénith de Paris, devant une audience impatiente. Échappé depuis 20h, le show Miles Kane n’aura duré qu’une demi-heure. Mais quelle demi-heure!

 

Miles Kane

Miles Kane

 

Avec un sex-appeal so british, un charme égocentrique façon Liam Gallagher (Oasis, Beady Eye), Kane met du rythme. Des titres comme “Rearrange”, “My Fantasy” ou “Inhaler” auront raison d’une belle poignée de spectateurs scotchés aux barrières. Après un dantesque “Come Closer” – son tube maison – et un ultime riff bien placé, il quitte la scène les mains en l’air. Il a tout d’un grand… Pour ceux qui en doutaient encore.

 

La course en tête des Monkeys

 

Arrive l’heure fatidique. Les gros bras tant attendus entrent sur scène. Cris de groupies, mains levés, des hourras à ne plus en finir. Coup de rein facile, tête hors du guidon, le leader Alex Turner déchaîne les foules avec “Don’t sit down ’cause I’ve moved your chair”, un des meilleurs titres du dernier album, Suck It and See. Efficace, limpide, direct.

 

La suite de la course reste fluide. Artic Monkeys enchaîne les tubes “Brianstorm” / “The View from the Afternoon” / “I Bet you look good on the Dancefloor”. Avant une parenthèse et le retour de Miles Kane sur scène pour “Little Illusion Machine” et une démonstration de la super-puissance du duo Turner-Kane.

 

Arctic Monkeys

Arctic Monkeys

 

 

Pas un instant de répit pour le public. Alex Turner emmène sans répit son équipe et avec elle ses fans, à coup de “Brick by Brick”, “When The Sun Goes” Down – repris à l’unisson par le Zénith – ou encore “Evil Twin”.

 

Dernier virage : Alex Turner lance “Suck It and See”, puis le tube “Fluorescent Adolescent”, avant de rappeler de nouveau Miles Kane sur scène pour “5O5”. Le Zénith peut acclamer ses héros, tant le show fût assuré avec brio et finesse.

No Comments

Post A Comment