The Jim Jones Revue – The Savage Heart

Les Jim Jones Revue se posent comme les maîtres du rock’n’roll sixties ressuscité.

 

The Jim Jones Revue - The Savage Heart

 

Cordes fracassées, amplis dopés à l’électricité, percussions en osmose et piano survolté, la recette gagnante des Jim Jones Revue ne change pas. Et pour cause. Cette ambiance saloon rock’n’roll continue de transporter celui qui l’écoute et nul doute que le dernier opus réussira à faire bouger les nombreux membres de votre corps en attente d’une explosion. On ne va pas vous le cacher plus longtemps, les déjantés Jim Jones Revue ont signé un opus protéiforme à l’instar du premier morceau qui pourrait très bien se glisser dans un James Bond comme dans la tracklist d’une galette oubliée d’AC/DC. “It’s Gotta Be About Me” est tout ce que l’on peut aimer des JJR, l’énergie décuplée, des paroles fracassantes hurlées par le toujours très classe frontman Jim Jones. Les londoniens ont laissé parler la poudre avec ce rock’n’roll teinté de punk blues, comme sur la très engagée “Where Da Money Go” où les cordes (vocales comme électriques) s’imposent sans aucune difficulté. Le résultat est toujours efficace.

 

 

Néanmoins, ce troisième album voit quelques expérimentations jalonner le parcours. Les chœurs derrière le piano sur “7 Times Around The Sun”, la lenteur mélancolique sur “Chain Gang” ou encore pop psyché dans “In and Out of Harm’s Way” où l’hommage à Lou Reed pourrait crever les yeux. Mais c’est bien le rock dans sa quintessence (façon Jim Jones Revue) la plus formelle qui suscite les applaudissements. “Catastrophe” joue entre riffs garage et rimes poétiques qui feraient presque passer Jim Jones pour un fin créateur. Quel bol, c’est bien ce qu’il est ! “Eagle Eye Ball” pour son énergie et la planante “Midnight Oceans & The Savages” pour son piano émouvant viennent conclure ce bel objet hybride, prouvant que les Jim Jones Revue savent travailler leur vision du rock.

 

Et dire qu’il y a quelques jours on cherchait l’héritier des Stones. Il semble tout trouver. Au public de remplir désormais la fonction qui lui incombe, non ?

 

1 Comment
  • Black Bonnie
    Posted at 14:06h, 21 décembre Répondre

    Voilà en fin un groupe qui vous fait sortir les couilles par les oreilles! Génial, y compris sur scène!

Post A Comment