Festival Les Inrocks VW 2012 : Daughter + Tindersticks

Mercredi soir dans la cathédrale de la Cigale, un public silencieux a découvert une pépite avant de saluer un ressuscité. On y était !

 

 

 

Daughter, comme une étrange impression de déjà-vu

 

 

Hier soir à La Cigale, il flottait l’étrange sensation de découvrir quelque chose. Comme souvent dans ce festival qui perdure sans concurrence possible depuis 1988. Ce groupe est venu tout droit de Londres. Au départ, une jeune chanteuse en solo, prénommée Elena Tonra. Sa voix, à la croisée des Florence Welch et autres Natacha Kahn, est enivrante. Sur scène, elle s’affirme timidement aux côtés du guitariste Igor Haefeli et du batteur Remi Aguilella. Une douceur palpable émane de ses chansons, la musique est aérienne.

 

 

Daughter servira un set très court, le groupe n’ayant qu’un petit EP à son actif (intitulé His Young Heart et sorti en 2011 chez les britanniques). A l’instar des titres “Young” et “Home” – que la publicité a révélé récemment – Elena Tonra semble à la recherche de cette exaltation indie, teintée de soul et rock psychédélique. Une exaltation que la frontgirl arrive à toucher du doigt avec la même grâce appliquée que sa guitare. Daughter a prévu de sortir son premier opus début 2013. Et on le classe déjà dans les attentes de l’année prochaine.

 

 

Tindersticks, le raffinement vieillissant

 

 

Peu mis en avant dans la programmation, notamment face à d’autres têtes d’affiche, Tindersticks a peiné à remplir la mythique salle de La Cigale. Le public a écouté dans un silence religieux, somnifère à l’oreille, les américains de Lambchop. C’est classe, mais surtout taillé pour l’intimité. Une intimité que La Cigale n’a déjà plus, vu la hauteur de cette musique difficile à apprécier sans une bière à la main dans une telle salle de concert. Tindersticks, c’est un genre similaire, avec toujours plus d’expérience – le groupe existe depuis 1992 – et du raffinement sauce britannique.

 

 

C’est donc classe, bien fringué, millimétré, mesuré. Entamant par If you’re looking for a way out, Tindersticks a déroulé sans fulgurance. L’ambiance qui règne flirte avec le neurasthénique de circonstance. Ce n’était donc pas au Zénith qu’il fallait être pour mettre à contribution nos tympans. Le thème du soir étant rock posé, teinté de country et de blues sauce texane. Les grands adorateurs ont plané, les payants profité du spectacle, tandis que d’autres ont même quitté la salle très précipitamment. Le symbole d’une soirée qui n’affichait pas complet et d’un choix de programmation assez étrange.

 

 

 

N’oubliez pas que vous pouvez regarder en direct les concerts de cette édition 2012 sur la plateforme des Inrocks.

 

No Comments

Post A Comment