Review : The Wombats – Glitterbug 


Dansant, pop, The Wombats font toujours mouche avec leur 3° album.

11133650_10153838313354569_4179749962541448894_n

The Wombats ont fait danser de Liverpool à Tokyo, reste à savoir si la formation du nord fera le grand chelem avec Glitterbug, un 3° album qui surprend à sa première écoute. Car Emoticons conserve le groove de ses débuts, plus langoureux peut-être mais un peu moins dansant. L’âge a-t-il eu raison de ces trentenaires? Pas forcément, le trio suit toujours la tendance et l’esprit décalé qu’il affectionne depuis ses débuts. Les machines font toujours swinguer les refrains mais semblent moins datées et déjà affectionnées par Kitsuné.

Mais il y a du Jump into the Fog ou du Let’s Dance To Joy Division dans la structure de Give Me A Try. Les guitares scandent maintenant le rythme et la voix de Matthew Murphy est bien moins feutrée même parfois étonnante. Mais The Wombats sont toujours aussi sautillants et même euphorisants. Avec des choeurs, des guitares et des arrangements au carré, comment ne pas succomber à une telle dose d’efficacité?

Les 3 garçons terribles rajoutent un soupçon de soleil notamment dans Greek Tragedy. De Grèce , elle conserve la tragédie, un côté grandiloquent,et même dans des rythmes de machines surexcitées, la métaphore amoureuse passe toujours.  Si parfois quelques chansons semblent bien familières, les mélodies accrocheuses font leur place dans les oreilles et les mémoires. A croire, qu’ils ont perdu leur humour pour proposer  un album de clubbing pop comme beaucoup d’autres.

Et puis, This Is Not A Party vient remettre les pendules à  l’heure, malgré des influences assez visibles. Avec ses rythmes à la New Order sur une instrumentation à la Depeche Mode, le morceau correspond bien à ses paroles « This is not a party it’s a hurricane ».

C’est endoctrinante  mais fascinante qu’Isabel retentit alors. Le titre presque acoustique de post rupture est jubilatoire avec son sacré choeur que beaucoup jugent trop court. La halte est totalement réjouissante et apaisante avant de repartir au combat avec Your Body Is A Weapon. La bataille est menée à bras le coeur à la guitare dans ce morceau au lent crescendo où les oh! oh! oh! scandés sont bien réconfortants.

The English Summer apporte  la touche finale à ce trio de choix avec des riffs quasi punk, des accords des Kinks ou arrangements à la Police ou Queen. Le fabuleux melting pot clairement britannique et totalement symphonique est une arme de séduction massive et une invitation à rester.

Pink Lemonade revient à des fondamentaux plus classiques avec un côté sucré, acidulé à  la fois et même pop pour l’été.  L’esprit buble gum et paillettes est toujours présent dans le très années 80 Curveballs qui n’est pas sans rappelé Foals ou Two Door Cinema Club. Les titres bonus Sex and question marks assez Drums et Flowerball sont de bonnes faces B. avec des guitares pop tout aussi obsédantes, toute en faste et fureur. Alors quand le chanteur avoue « it’s not fun unless it hurts », tout est dit : l’amusement oui, mais peut-être pas aussi haut de gamme que d’habitude!

Tracklisting :



Emoticons



Give Me A Try



Greek Tragedy



Be Your Shadow



Headspeace



This Is Not A Party



Isabel 



Your Body Is A Weapon



The English Summer 



Pink Lemodane 



Curveballs 



Sex and Question Marks 



Flowerball 



DISPONIBLE dès le 13 avril 2015



NOTE : 7 / 10

Concerts liés à cet article
 
Depeche Mode à Martigues - 21 novembre 2019
 
Queen à Louvain-la-Neuve - 18 janvier 2020
 
Two Door Cinema Club à Paris - 23 janvier 2020
Disponible
Two Door Cinema Club à Bruxelles - 27 janvier 2020
 
Queen à Paris - 26 mai 2020
 
Queen à Merksem - 27 mai 2020
Disponible
Queen à Zurich - 28 juin 2020
No Comments

Post A Comment