Mystery Jets – Curve Of The Earth

Mystery Jets, les enfants sauvages de l’indie britannique marquent un retour aux sources avec Curve of the Earth, sorti le 22 janvier. Si le succès de Radlands, sorti en 2012, reste discutable, il ne fait aucun doute que cette année, les londoniens vont au moins reconquérir les anciens fans, à défaut d’en attirer de nouveaux.

Après un séjour prolongé au Texas pour la production de Radlands, le groupe Mystery Jets a décidé de retourner à Londres pour enregistrer un album des plus ambitieux, très proche de leurs travaux précédents, tout en essayant de produire une galette totalement différente et ainsi montrer à leurs fans qu’un long chemin a été parcouru depuis le très enfantin Twenty One.

Résultat : les jeunes rockeurs nous offrent ici un album à la texture riche et rock, un vrai délice pour bien commencer l’année !

Le premier titre, Telomere, dont on peut déjà admirer le clip sur Youtube, produit par James Coperman (qui a déjà travaillé avec le groupe sur plusieurs singles de l’album Twenty One), est probablement l’un des meilleurs morceaux de la tracklist : un riff transcendant, des paroles faciles à retenir, tout est là pour former un tube.

Avec Telomere et Blood Red Balloon (qui fait référence à Primrose Hill NW1), la reflexion semble être poussée encore plus loin qu’avec Serotonin, notamment sur ce qui nous construit et fait que nous sommes ce que nous sommes, mais aussi sur les obstacles que chacun doit rencontrer lors de son existence (les telomeres faisant parti du code ADN de chacun et, selon Will, détermineraient notre destin.)

Bombay Blue, chanson presque acoustique, nous conforte dans l’idée qu’en 2016, les Mystery Jets ont bien grandi : terminé les histoires d’amour foireuses sur fond pop. À n’en pas douter, l’ajout de Jack Flanagan à la formation leur a fait du bien (il remplace Kai Fish à la basse). Leur son est plus rock, plus brut, tout en conservant leur douceur originelle, de part la voix de Blaine Harrison, qui laisse parfois place à celle de William Rees (que l’on peut également entendre aux choeurs sur certains titres.)

MJ

On pourrait tout de même leur reprocher d’avoir tenté de produire un son plus lisse que sur Radlands, dans une tentative de toucher un plus large public qu’avec leur précédent opus.

Pas de panique cependant, Mystery Jets ne serait plus Mystery Jets sans un bon titre sur lequel danser, comme Serotonin, ou Someone Purer sur leurs anciens albums… J’ai nommé l’endiablé Bubblegum ! Impossible en effet de rester insensible à cette mélodie entraînante, à ce refrain entêtant… Une vraie pépite !

Midnight Mirror, où l’on retrouve Will à la voix, semble tout droit sorti d’une autre époque, tout en restant dans la continuité rythmique des autres titres… Ce morceau s’ouvre sur un dialogue du film Naked, produit par Mike Leigh (1993). Ce n’est pas la première fois que le groupe nous ramène en arrière dans le temps, puisque l’on connait déjà leur propension à faire tomber les fans dans une autre dimension (dreaming in another world).

On notera le retour du piano sur 1985, probablement l’un des morceaux les plus calmes de l’album : une voix, un instrument, et des paroles qui rendront tous les enfants de notre génération bien nostalgiques…“Be the change you want to see in the world because it belongs to us”, chante Blaine, alors que les riffs de guitare nous font penser à du Pink Floyd, échos que l’on retrouve également sur l’avant-dernier titre de l’album, le glorieux Saturnine.

Taken by the Tide est probablement le morceau qui se démarque le plus des autres, même si là encore, les paroles nous racontent une histoire ancrée dans le passé. Fait assez rare, sur ce titre, Blaine et Will se partagent le micro, donnant un mélange assez intéressant, teinté de rock hérissé, quelque peu similaire à du Arctic Monkeys.

En bref, un album mature, éclectique et rock’n’roll !

.

Tracklist:

Telomere

Bombay Blue

Bubblegum

Midnight’s Mirror

1985

Blood Red Balloon

Taken By The Tide

Saturnine

The End Up

.

Meilleurs morceauxTelomere, Bubblegum, Blood Red Balloon.

.

La Note : 9/10

No Comments

Post A Comment