Party in Paris : UK Subs et TV Smith au Petit Bain

Le 17 février au Petit Bain, 40 ans après l’apparition du punk, deux groupes de la génération 1977 ont réveillé l’assistance. Sans trop de subtilités.

Avant les UK Subs, TV Smith monte sur scène et seul avec sa guitare, va nous donner une bonne demi-heure de bonne humeur, de sarcasme et de mélodies. On pense à Billy Bragg dans le style punk poète, avec des mélodies plus psychédélique. Même si son look est rétro, voire parodique, TV Smith ne semble pas se complaire dans le revival. . Evidemment, tous les hits des Adverts seront joués et gagneront à l’applaudimètre. Mais les autres morceaux étaient presque mieux.

Après ce démarrage, place aux choses sérieuses.  Les UK Subs ont débuté au Roxy en 1977, fondé par Charlie Harper. Un chanteur pub-rock (et coiffeur !) déjà vieux (plus de 30 ans en 1977), qui, emballé par le punk-rock des Damned, se lança dans l’aventure, bien décidé de donner aux kids leur dose de haute-énergie. Au même moment, Pistols et Damned se séparent, Clash change de style. La voie est libre. Son public : tous ces punks trop jeunes en 76-77 mais décidés à ce que le No Future soit permanent. Pari tenu, puisque de 1979 à 1981, UK Subs sont très présent dans les charts et à Top of the Tops avec une musique brutale totalement dénuée d’élégance. A l’époque, le mensuel Best avait écrit « Les UK Subs sont des monstres qui emballent les punks et distraient les skinheads ».

Ensuite la mode passe mais le groupe continue sans rien changer. Sans oublier un concept amusant : chaque album commence par une lettre de l’alphabet et dans l’ordre. Et maintenant on est arrivé à la lettre Z avec Ziezo : fin du cycle, ils ne feront plus jamais d’album . Ajoutons que Charlie Harper avec sa totale intransigeance, son côté proche du peuple punk, et son absence totale d’évolution , est devenu un personnage iconique comme Lemmy ou Mark E Smith.

Et justement quand SoB arrive dans la salle, Charlie Harper est là, peinard, bière à la main. Conforme à sa légende, abordable, discutant le coup avec les fans . Pas tous jeunes d’ailleurs les fans, quoique toute les tranches d’âges sont représentées, des très jeunes à très vieux. Le plus vieux étant certainement Charlie Harper : 71 ans au compteur, en cheveux teints en blond, en lunettes noires et en t-shirt Ramones : maximum respect. Les autres membres ne sont pas déguisé en punks mais ont un look bien rock. Le bassiste est là depuis 1980, respect également.

Le concert est terrifiant, une énergie de dingue qui doit tout au Stooges/ Pistols avec des refrains style hymnes pour hooligans, pour le stade et la baston d’après match. Message reçu 5/5, le pogo est apocalyptique.
Le groupe est impressionnant mais les morceaux ne sont pas très différenciables quand même. Mais SoB a reconnu tous les hits de la grande époque plus un nouveaux I’ve Got A Gun en référence au 13 novembre. En fait, c’est un concert génial, le public est super , le niveau d’énergie est constant tout le long du concert : à 11 bien sûr.

Quelle soirée ! Qui au fond n’a aucune utilité en 2016 sinon d’alimenter une nostalgie, un trip négatif en soi. Le punk-rock, niveau excitation primaire, ca reste formidable. Et si Charlie Harper n’a certainement pas inventé la poudre, il a l’air cool et sincère. Il a son âge, et ça se voit , mais wow ! Man ! Comment fait-il. Non, ce soir, SoB ne sera pas critique, comme tous les autres, il a été emballé. Car, au Petit Bain, en ce 17 février, tout le monde est Charlie (Harper).

No Comments

Post A Comment