The 1975 – I Like It When You Sleep, For You Are So Beautiful Yet So Unaware Of It

Le groupe de Manchester revient avec un deuxième album coloré, 80s et groovy.

Les quatre garçons avaient créé la surprise en dévoilant le clip de Love Me il y a quelques mois déjà. Entre 80s, star-system et ironie, les 1975 avaient attiré l’attention des médias populaires et éclectiques à la fois.

Plus ambitieux que son prédécesseur, I like it when you sleep, for you are so beautiful yet so unaware of it (le titre est un peu long quand même) marque un tournant dans la carrière du groupe. Leur énorme succès les a changés. Popstars rebelles, ils sont bien conscients de ce qui leur arrive. Ils nous le démontrent avec cet album. Même le NME, qui avait pourtant l’habitude de critiquer ce genre de groupe au public majoritairement féminin, a donné aux 1975 une bonne note pour ce second opus et l’occasion de s’exprimer (si vous comprenez l’anglais, nous vous recommandons de regarder l’interview de Matthew Healy sur la chaîne YouTube du NME).

Mélange entre David Bowie et hits 80s, pop des années 2000 et synth-pop plus récente, I like it when you sleep, for you are so beautiful yet so unaware of it nous parle de notre époque et de ses selfie-sticks, de ses histoires d’amour fougueuses et de dépression… à travers les paroles très personnelles de Matthew Healy, qui – en plus de ses rêveries et de ses amours – nous parle de sa grand-mère dans Nana et de sa mère dans She Lays Down. Que les chansons soient faites pour danser ou qu’elles soient des ballades, le groupe nous balance 17 titres composés sans concessions, 100% 1975, qu’on aime ou non. Une chose est sûre, le dynamisme et la variété de l’album raviront les fans et convaincront certains sceptiques. Le groupe se moque des critiques, comme il le montre dans le clip de The Sound, titre dansant aux influences old-school :

En effet, l’extravagance semble être un élément central de cette nouvelle phase dans laquelle est entré le groupe, que ce soit au niveau du son ou de l’esthétique. Ongles peints et maquillage chez Matthew Healy, néons colorés dans les clips et look fashion pour les quatre membres, tout cela n’est pas un hasard. Ce deuxième album qui mélange synthés post-modernes et saxophone (This Must Be My Dream), chansons dévergondées (Love Me) et romantisme assumé (I like it when you sleep, for you are so beautiful yet so unaware of it) nous déroute. Le son des 1975 se développe et mûrit, et c’est plutôt sympa.

Si vous n’êtes toujours pas convaincu, votre correspondante Soundofbrit vous propose de laisser vos à priori « boy band » de côté et d’essayer d’écouter cet album pour ce qu’il est, un (bon !) disque pop.

LA NOTE : 9/10

 

Tacklisting :

The 1975

Love Me

UGH!

A Change of Heart

She’s American

If I Believe You

Please Be Naked

Lostmyhead

The Ballad of Me and My Brain

Somebody Else

Loving Someone

I Like It When You Sleep, for You Are So Beautiful Yet So Unaware of It

The Sound

This Must Be My Dream

Paris

Nana

She Lays Down

Nos morceaux favoris : Love Me, Please Be Naked, This Must Be My Dream, Nana

Concerts The 1975
 
The 1975 à Paris - 2 novembre 2019
No Comments

Post A Comment