Un retour réussi pour The Last Shadow Puppets à l’Olympia

Huit ans après leur concert à l’Olympia, le 26 août 2008, The Last Shadow Puppets sont enfin de retour dans la capitale. L’occasion pour les fans de la première heure, et pour ceux qui étaient malheureusement trop jeunes à l’époque, de (re)découvrir les deux comparses, venus présenter leur deuxième album Everything You’ve Come to Expect.

Cela fait plusieurs heures déjà que les fans font la queue devant la célèbre salle parisienne, lorsqu’enfin les portes s’ouvrent. Seul souci à l’entrée : la fouille pour les femmes est beaucoup plus lente que celles des hommes. Un petit problème d’organisation qui n’est pas nouveau mais qui mériterait sans doute d’être réglé. Une fois à l’intérieur, l’excitation est palpable. Fait plutôt rare, la fosse est presque remplie lorsque Jeff Wootton, qui assure la première partie ce soir, monte sur scène. Celui qui s’était fait connaître pour avoir tourné avec Gorillaz ET Beady Eye, est désormais en solo. Et c’est Jay Sharrock qui est à la batterie, soit l’ancien batteur de Miles Kane, et fils de Chris Sharrock, batteur d’Oasis et Beady Eye. Mais revenons à Jeff Wootton. L’influence de Damon Albarn s’entend tout de suite dans son set, mais le britannique se perd parfois en voulant mixer un trop grand nombre de styles différents, passant du psyché à un semblant de shoegaze, puis à une sorte de titre électro, durant lequel son bassiste prend le micro.

IMG_1976

Les lumières qui se rallument nous permettent de voir que la salle est désormais comble. Après tout, il fallait se lever tôt pour avoir des places pour assister au retour des enfants terribles sur la scène de l’Olympia. C’est au son de Serge Gainsbourg et Jacques Dutronc que l’on patiente, lorsque finalement les lumières s’éteignent. La tension monte. Des cris fusent de part et d’autre de la salle. Quatre ombres se glissent alors sur scène : les musiciennes qui forment ce soir l’orchestre à cordes. Elles entament le final de “Black Plant“, alors que le public se dresse sur la pointe des pieds, dans l’espoir d’apercevoir Alex Turner ou Miles Kane. C’est finalement le groupe qui les accompagne pour cette tournée qui fait son apparition avant que les deux amis ne foulent enfin la scène de l’Olympia pour lancer Calm Like You. C’est officiel, The Last Shadow Puppets sont bien de retour et pour notre plus grand plaisir. Les morceaux s’enchaînent à la perfection, comme si le groupe les répétait depuis des années. Et si la foule se fait parfois timide lorsque les morceaux d’Everything You’ve Come To Expect sont joués, elle les reprendra sans aucun doute en chœur à Rock en Seine cet été. Car bien que dans un registre plus doux que celui auquel ils sont chacun habitués, Miles Kane et Alex Turner ont le don de savoir écrire ce genre d’hymne que le public aime reprendre à plein poumons, comme The Age of the Understatement ou Standing Next to Me qui viendra clore la soirée en beauté. 

IMG_2101

The Last Shadow Puppet nous offrent ainsi un bel échantillon de leur nouvel album. Bad Habits ne manquera d’ailleurs pas de faire remuer la fosse, alors qu’Everything You’ve Come To Expect et Miracle Aliner plongent l’Olympia dans une ambiance plus rêveuse, aussitôt suivi d’un Meeting Place envoûtant. Turner et Kane raviront aussi leurs fans en chantant face à face, échangeant de nombreux sourires et clins d’œils, partageant le même micro et se faisant même la serenade. Mention spéciale à leur reprise d’ I Want You (She’s So Heavy) des Beatles, que The Last Shadow Puppets entament lors du rappel. Dream Synopsis semble alors un peu faible par rapport au morceau précédent, mais le show se termine sur un exceptionnel Standing Next to Me. 

IMG_2133

Alex Turner et Miles Kane n’ont, une nouvelle fois, eu aucun mal à mettre l’Olympia dans leur poche. Et si l’attitude des deux anglais énerve parfois, il faut passer outre l’apparente nonchalance de Turner et ses moues boudeuses lorsqu’il pose pour les photographes en herbes. Car Kane a de l’énergie à revendre et communique sa bonne humeur aussi bien au public, qu’aux autres musiciens et à un Turner qui laisse parfois tomber le masque de performer pour plaisanter avec son meilleur ami. Mais outre ces détails plus amusants qu’autre chose, The Last Shadow Puppets ont encore prouvé avec brio qu’ils comptent parmi les meilleurs songwriters du Royaume-Uni. Il ne reste plus qu’à espérer qu’il ne faudra pas attendre huit autres longues années pour qu’ils enregistrent un troisième opus.

IMG_2208

Setlist : 

Calm Like You

Bad Habits

The Age of the Understatement

The Element of Surprise

Separate and Ever Deadly

The Chamber

Only The Truth

Pattern

My Mistakes Were Made for You

Miracle Aligner

Dracula Teeth

Everything You’ve Come to Expect

The Meeting Place

Aviation 

Sweet Dreams, TN

In my Room 

—————————–

I Want You (She’s So Heavy)

The Dream Synopsis

Standing Next to Me

re

 

No Comments

Post A Comment