Caribana Festival : frayeur avec Primal Scream, ambiance bon enfant avec James Bay

Les festivaliers ont affronté une pluie constante, Bobby Gillespie a dû être transporté à l’hôpital et James Bay a fait le show.

Nous sommes le jeudi 2 juin, et il fait un temps mouillé à Caribana. Dans la navette qui assure la connexion de la gare de Nyon au site du festival, je suis entourée d’expatriés du Royaume-Uni. C’est normal : ce soir, il y a plein de groupes originaires de chez eux au programme. Premier groupe UK de la soirée, Primal Scream commence son set autour de 19h30 sur la grande scène. Il pleut et il est encore tôt; aussi, le public n’est pas encore très nombreux. Pourtant, Bobby Gillespie et sa bande ne se laissent pas démonter et assurent l’ambiance. En parlant d’ambiance, l’atmosphère plutôt familiale et “on est là pour découvrir et manger un bout” du festival convient-elle à un live de Primal Scream ? Pas forcément. Beaucoup de visiteurs ne semblent pas connaître le groupe. Heureusement, le charisme du leader opère et l’audience se fait de plus en plus nombreuse.

Le problème avec la pluie et lorsque la scène n’est pas intégralement couverte, c’est que celle-ci devient glissante. Au bout de quelques chansons, Bobby Gillespie, qui aime venir danser et chanter près de la foule, trébuche et tombe de la scène. Son groupe continue à jouer dans un premier temps, mais dans les premiers rangs nous ne sommes pas dupes ; Bobby s’est fait très, très mal. Il saigne, et il est évacué en brancard en quelques minutes. Les festivaliers et votre correspondante sont alors tous très inquiets.

Primal Scream au Caribana, par Davide Gostoli

Primal Scream au Caribana, par Davide Gostoli

Après un petit moment d’attente, on nous annonce que Bobby va bien, mais qu’il ne pourra pas continuer le concert car il a dû être hospitalisé. Histoire de fêter le fait que ses jours ne soient pas en danger, nous décidons d’aller boire une bière avec deux expatriés sympas que votre correspondante a rencontrés quelques minutes plus tôt. Eux qui étaient venus spécialement pour assister au concert de Primal Scream, quelle tristesse ! Nous en profitons également pour aller voir l’Irlandais Foy Vance. Le moustachu fait de la folk, et le public adhère volontiers au concert dans une ambiance bon enfant… tout en papotant. Le style musical du musicien ne sort pas particulièrement du lot, mais c’est sympa et sa voix est impressionnante. Mention spéciale à sa jolie reprise de Purple Rain ! Là aussi, la majorité du public semblait découvrir l’artiste en live.

Eh oui, il ne faut pas se leurrer, la plupart des visiteurs du jour sont venus pour James Bay et/ou the Kooks. D’ailleurs, certaines fans n’hésitent pas à attendre plusieurs heures sous la pluie devant la grande scène pour garder leur place aux premiers rangs. La pop star aux jeans serrés, aux cheveux faussement gras et au chapeau commence à jouer à l’heure devant un public conquis d’avance. Ce qui est surprenant avec le set de James Bay, c’est qu’il est parsemé de moments très rock’n’roll. C’est d’ailleurs de cette manière qu’il entre en scène. C’est sans difficulté qu’il fait participer la foule en nous faisant chanter et taper des mains (un peu difficile avec le parapluie, mais on fait avec !). “Yeah !” dit-il après chaque chanson. Et il a de quoi ; même s’il déclare être honoré de jouer sur la même scène que “des grands artistes” comme Primal Scream (il a d’ailleurs souhaité un bon rétablissement à Bobby Gillespie !), la plupart des visiteurs sont venus pour lui. Plutôt bon guitariste, il partage des solos avec ses musiciens. Les filles crient, les garçons applaudissent. En bref, James Bay a comblé ses jeunes fans dans une ambiance sympathique. C’était alors aux Kooks de prendre la relève beaucoup plus tard, vers 23h45.

Sound of Britain souhaite un prompt rétablissement à Robert “Bobby” Gillespie.

James Bay au Caribana, par Jo Simoes

James Bay au Caribana, par Jo Simoes

No Comments

Post A Comment