Interview : Biffy Clyro

On a discuté quelques minutes avec Simon Neil, chanteur et guitariste de Biffy Clyro, peu de temps avant son passage sur la grande scène du Download français.

Commençons par parler de votre nouvel album, qui sort dans quelques semaines. J’imagine que tu as hâte ?

Je ne peux plus attendre ! C’est la raison pour laquelle je me lèves le matin : de la nouvelle musique. J’aime tellement ça, le moment le plus excitant pour moi est quand l’album s’apprête à sortir.

Parlons un peu de la pochette du disque, qui est assez différente des précédents, plus intime… 

Ouais ! On avait bossé avec Storm Thorgeson pour les précédents artworks (qui a bossé pour Pink Floyd, Led Zepplin…) et il est décédé il y a quelques années. C’était important pour nous de ne pas essayer de faire ce que lui aurai fait. Alors j’ai eu cette idée de représenter des points de suspension humains, et puis de faire comme si nous étions des nouveaux nés, ou des fœtus. Et c’était important d’être nus parce que c’était un moment crucial du groupe ou nous avions besoin de renaître, de repartir à zéro et suivre une nouvelle route. Je crois que c’est ce que le visuel représente : on ne garde rien d’avant, on prend un nouveau départ.

Biffy Clyro en interview le 11 Juin 2016

Vous voyez votre discographie comme une suite de trilogies. Celui-ci en commence donc une nouvelle ? Il y en aura deux autres qui iront avec ?

C’est certain ! Je pense qu’il est plus facile de travailler en voyant les choses sous forme de chapitres, faire des albums trois par trois. Parce que quand tu as été dans un groupe pendant très longtemps, ça devient plus dur de voir de nouvelles choses, et on ne veut pas refaire le même album encore et encore… Alors oui, il y aura deux autres disques dans des sonorités similaires, avec des passages électroniques et ce genre de choses.  Et qui sait ce qu’on fera après ? Mais oui, c’est ce qui est prévu pour les deux prochains disques.

Qui sont les “Wolves Of Winter” ? 

Nous ! Nous sommes les loups de l’hiver. Je pense que j’avais perdu un peu de confiance en moi l’an dernier, après avoir tourné pendant si longtemps avec le groupe. Je n’avais pas écrit un morceau depuis… peut être deux ans ! Et je n’arrivais plus à me sentir inspiré. A coté de ça, j’ai réalisé qu’il y avait un tas de gens autours de moi qui essayaient de me donner leur opinion sur les choses, comme ce à quoi devrait ressembler l’album… et la seule raison pour laquelle cet album existe est que j’ai réalisé que j’avais besoin de ne plus écouter qui que ce soit, à part moi même, Ben et James. C’est de la que vient Wolves Of Winter : c’est notre groupe, ce sont nos putain de vies, on fait exactement ce qu’on veut jusqu’au bout, et si tu veux essayer de t’en prendre à nous, on s’en prendra à toi !

Biffy Clyro en interview le 11 Juin 2016

Parlons un peu du festival. Chez vous, le Download est une institution, mais ici c’est une première fois…

Ouais ! Une première ! Je pense que le festival a sa place ici, je suis surpris que ça n’ai pas eu lieu avant. L’endroit est génial, le line-up est super, vraiment éclectique. En Angleterre, il y a 15 groupes sur toutes les scènes, et la façon dont vous faites ça ici est super : il y a 4 ou 5 groupes et tu as l’impression que tu peux vraiment voir tous les groupes si tu en as envie. Je pense que c’est génial !

Que les gens aiment ou pas on fait notre putain de truc !

Vous avez déjà joué dans des festivals à Paris, avec des affiches plus orientées pop-rock. Est-ce que c’est différent pour vous de faire partie d’une affiche plus alternative/métal ? 

Des gens ont dit qu’on était pas un groupe assez “heavy” pour faire partie de cette affiche, des gens pensent qu’on est “pop-rock”. Mais je suis allé à beaucoup de concerts métal, j’étais un grand fan de Pantera, Slayer, Anthrax… c’est en écoutant ça que j’ai grandi. Je suis à la maison dans un festival de métal, et je me sens vraiment mal à l’aise quand l’affiche est plus “pop”… J’ai le sentiment qu’ici, tout le monde a une mentalité en commun ! Tu fais partie de quelque chose quand tu écoutes de la musique alternative, quand tes amis écoutent cette musique aussi. Donc je ne suis pas inquiet pour tout a l’heure, je sais que certains ne vont pas aimer, mais je ne suis pas inquiet. Je me sens vraiment comme à la maison.

Est-ce que vous y pensez en faisant la setlist ? Le choix des morceaux est différent ?

Je pense, oui. On ferait peut être un ou deux morceaux acoustique ailleurs, on n’en jouera pas ici. Mais on est ce qu’on est ! Avant, on faisait l’erreur de jouer seulement des morceaux plus agressifs dans des festivals à l’affiche métal, et dans les autres de jouer seulement les morceaux “softs”, mais ça n’est pas notre groupe ! Notre groupe est un peu de tout ça, alors… que les gens aiment ou pas on fait notre putain de truc !

Artiste - Download Festival Paris 2016 Hippodrome de Longchamp - 11/06/2016 © 2016 Laurent Besson

Artiste – Download Festival Paris 2016
Hippodrome de Longchamp – 11/06/2016
© 2016 Laurent Besson

C’est important pour toi d’avoir ces deux aspects, acoustique et plus énervé… 

Oui, parce que c’est aussi ce que j’écoute : des trucs très énervés, et de la musique vraiment très délicate, et je veux représenter mes goûts et ce que j’aime. Donc ça serait malhonnête si on ne jouait que des morceaux calmes, ça serait malhonnête si on ne jouait que du métal… je veux montrer toutes les facettes de ma personnalité. Il y a des moments fragiles, et d’autres ou tu hurles à la figure de quelqu’un. Je pense que la musique, c’est ça !

Du coup, le festival parfait pour toi mélangerait des concerts acoustiques et du heavy métal ! 

Ouais ! Ouais ! (rires) Personne n’achètera un billet pour ça !

Vous écrivez des morceaux plus vite que la moyenne des groupes. Vos albums ont souvent beaucoup de b-sides, est-ce qu’on peut s’attendre à la même chose pour le prochain ? 

On a déjà 15 chansons enregistrées en plus de l’album. Même quand je traverse une phase plus lente, j’écris quand même beaucoup de musique. C’est un plaisir pour moi, j’adore écrire des morceaux ! Tous ne peuvent pas êtres bons, mais c’est ce que j’aime faire. J’ai aussi un album solo (“ZZC”), que j’ai fini d’écrire l’année dernière, plus électronique… Mais concernant les b-sides, de nos jours il n’y a plus d’endroit ou mettre une b-side, alors ils seront rassemblés sous la forme d’un autre album d’ici un an. Tous les albums de Biffy sortent en deux étapes, alors ça sera forcément le cas !

 Biffy Clyro en interview le 11 Juin 2016

No Comments

Post A Comment