Emeli Sande – Long Live The Angels

Révélée en 2012 avec son premier album Our Version of Events porté par l’intemporel Next to Me, et choisie pour performer lors des inoubliables Jeux Olympiques de Londres la même année, Emeli Sandé s’est fait rapidement une place sur la scène musicale mondiale. Peu de temps après, elle s’empare de trois prestigieuses récompenses – artiste féminine de l’année, album britannique de l’année et prix de la critique –  lors des BRIT Awards succédant ainsi à Adele et Amy Winehouse. Avec ce premier bijou, elle parvient à fédérer le public avec plus de 4 millions de ventes à travers le monde. Une jeune auteur-compositeur-inteprète élevée donc au niveau de star qui a été dépassée par les événements. En effet, elle a récemment déclaré à Pure Charts « J’ai eu la sensation à un moment qu’on m’a emmené loin du vrai monde, mais moi je viens d’une famille de classe moyenne comme on dit. J’ai eu la sensation de ne plus être moi-même. J’ai eu la possibilité de vivre des expériences formidables, de posséder des choses très tendance, d’être entourée de luxe… Mais si tu n’as pas ta famille avec toi, tes proches, ça n’a pas la même saveur ».

Il lui aura fallu près de quatre ans pour écrire ce second opus avec l’immense challenge de renouveler le succès de ses débuts. Quatre longues années certes, mais vitales pour se recentrer, accomplir un immense travail d’introspection et ainsi trouver les mots justes pour composer avec sincérité. En découle pas moins de 21 titres qu’on a écouté avec attention. On vous partage notre ressenti.

De part le grand nombre de chansons, on a fait le choix de vous mentionner uniquement celles qui ont retenu notre attention. Ainsi, on débute avec Selah choisie pour introduire ce nouvel opus. Et dès les premières notes, on rentre doucement dans l’univers de disque, intime et chaleureux! Cette première track nous rappelle immédiatement le plaisir que la voix d’Emeli nous procure à son écoute. Une jolie interlude qui nous lance sur son dernier single, Breathing Under Water. Il y a tout juste une semaine, la chanteuse à la crinière de feu nous dévoilait le clip de ce titre illustré à la perfection par des scènes où retrouve des personnes quelconques se battant contre les épreuves de la vie. Une belle métaphore de ce qu’elle a vécu ces dernières années.

Vient ensuite l’explosif Hurts qui relate son ressenti suite à son divorce. Titre phare de cet album, il possède la force de nous faire quasiment oublier ses paroles bouleversantes tant il est puissant vocalement et musicalement. Un coup de poing qui donne la pêche, et qui transmet l’envie de se surpasser face aux challenges auxquelles on fait face quotidiennement! On l’aura bien compris, ce disque est un réel exutoire pour Emeli!

En plein milieu de cet opus, on retrouve un titre expérimental, minimaliste, qui sort complètement du répertoire qu’on lui connait. Il est définitivement LA pépite de l’album! Cette approche plus urbaine de l’amour est tout ce qu’on demandait sans pouvoir l’espérer. En effet, Emeli nous surprend grandement avec ce bijou qu’elle gardait précieusement secret depuis pas moins de deux ans! Après l’avoir écouté une bonne dizaine de fois d’affilée, on n’arrive toujours pas à redescendre sur terre tellement il nous transporte dans un nouvel univers! En collaborant avec Jay Electronica et Áine Zion, elle nous démontre qu’elle reste une artiste de son époque, ouverte aux mélanges des genres.

Nouveau changement de registre avec Tenderly. Emeli rend ici hommage à ses racines africaines de la plus belle manière qui soit, en s’entourant de son père et de ses cousins. Un featuring rafraîchissant inspiré de son récent voyage en Zambie, où son père est né et où elle a pu se ressourcer loin des médias. On se croirait presque convié à un boeuf à la fin d’un repas chez les Sandé!

Enfin, on a fait le choix de vous présenter Highs and Lows, titre soul au refrain catchy. Potentiel nouveau single, elle l’a divinement défendu sur le plateau de Jools Holland fin Octobre ainsi que sur celui de Yann Barthès en début du mois!

En résumé, Long Live the Angels est un album intime, dans lequel on ressent son besoin de se confier avec émotion et authenticité sur ses déboires sentimentaux. Un album sans ornements, une mise à nu qui relate les “histoires d’un être humain très imparfait ” et qui saura séduire les fans de la première heure. Personnellement, on aurait préféré retrouver moins de chansons mais égalant la puissance des splendides Heaven, Next To Me, Read All About It ou encore Clown extraits de son précédent album. En effet, seul Hurts est pleinement au niveau, et on le regrette. Mais parmi ses (trop?) nombreuses ballades, on avoue avoir eu un coup de coeur pour Shakes qui nous a donné des frissons! On retient donc une bonne dizaine de titres, ce qui est déjà une belle réussite.

Son premier opus avait fédéré un grand nombre de personnes, et on pense qu’avec son successeur elle va pouvoir recentrer son audience autour des vrais addicts, ce qui n’est pas plus mal quand on sait qu’elle avait très mal vécu la surexposition. On ne manquera pas d’aller applaudir la charismatique artiste sur scène le 27 Mars prochain au Zénith de Paris!

Tracklisting :

1. Selah

2. Breathing Underwater

3. Happen

4. Hurts

5. Give Me Something

6. Right Now

7. Shakes

8. Garden (feat. Jay Electronica & Áine Zion)

9. I’d Rather Not

10. Lonely

11. Sweet Architect

12. Tenderly (feat. Joel Sandé & The Serenje Choir)

13. Every Single Little Piece

14. Highs & Lows

15. Babe

Deluxe Version

16. Kung Fu

17. Somebody

18. This Much Is True

19. Hurts (Acoustic)

Japanese Edition

20. Naturally

21. Dream On

Nos morceaux favoris: Hurts, Babe, Garden (feat. Jay Electronica & Áine Zion), Shakes

LA NOTE: 7,5/10

No Comments

Post A Comment