Stormzy – Gang Signs & Prayer

Vainqueur des MOBO Awards en tant que Best Grime Act deux années consécutives, en 2014 puis 2015, Stormzy est présenté comme le petit prince du grime, prêt à surpasser le vétéran Skepta. Il avait alors un unique EP à son compteur, Dreamers Disease, qui lui avait permis de faire ses débuts avec fracas au sein de la scène britannique underground. Récemment, on le retrouvait grâce à son excellente collaboration avec Ray BLK pour My Hood puis, il y a quelques jours, on le comptait parmi les nominés de la catégorie Révélation de l’année aux BRIT Awards où il a performé en duo avec Ed Sheeran sur l’incontournable Shape of You. En résumé, il ne se passe pas une semaine sans qu’on parle de lui!

Michael Omari de son nom civil voit en 2017 une année charnière, notamment avec la sortie de son premier album Gang Signs & Prayer. Avec cet opus, Stormzy compte bel et bien s’imposer en tant qu’artiste complet et crédible sur la scène britannique. Il l’affirmait récemment dans une interview, son but est précis, être le meilleur artiste du Royaume-Uni: “Je trouve ça bizarre les gens qui n’envisagent pas être les meilleurs. Je ne comprends pas pourquoi je devrais juste essayer d’être le meilleur rappeur de Londres, ou encore du Royaume-Uni. Je ne veux pas me contenter de ça”.

Petite introduction achevée, on vous en dit davantage sur son premier disque. L’album commence sur les chapeaux de roues avec l’impétueux First Things First où, déterminé comme jamais, il se lance à la poursuite de ses démons, le tout sur un riff presque angoissant made by Mura Masa himself! Dans Cold, il passe la seconde et fanfaronne: “I just went to the park with my friends and I charted” faisant référence à WickedSkengMan Part 4, une impro qu’il a balancé en 2015 et qui n’a pas manqué de faire parler de lui en devenant le premier freestyle à entrer dans les charts anglais. Puis, Stormzy nous montre clairement la dualité de cet album avec Bad Boys et son rap sur fond de choeurs évangéliques, avant de passer à la première piste entièrement gospel Blinded By Your Grace, Pt. 1.

Viens enfin le tour de Big For Your Boots qui est sans aucun doute le titre phare de cet opus! Puissant, ce single ravageur pose définitivement les bases avec un flow survolté, digne des plus grand rappeurs (coucou Eminem)! D’ailleurs, il n’hésite pas à vanter ses mérites, défiant quiconque de s’attaquer à son flow. “I was in the O2 singing my lungs out, rudeboy you’re never too big for Adele”. Puis on s’étonne à retrouver une douce voix sur le mélancolique Cigarettes & Cush, featuring avec la somptueuse Kehlani. Et en investiguant, on comprend mieux pourquoi cette voix féminine nous interpelait: il s’agit de Lily Allen qui, étrangement, n’est pas crédité sur la chanson. Peu importe, cette ballade se laisse apprécier après le fracassant Mr Skeng au beat trap hargneux. En parlant de hargne, quel plaisir de retrouver le classique Shut Up qu’on avait pu découvrir en septembre 2015 et qui n’a pas pris une ride! Il conclut ce premier essai avec l’éblouissant Lay Me Bare qui intègre tous les thèmes importants à ses yeux, toutes ses craintes. Un point final grandiose sous forme de confession qui nous rappelle qu’avant d’être le talentueux MC qu’on connait, Stormzy reste un jeune homme de 23 ans comme tous les autres: “Man-a get low sometimes, so low sometimes, airplane mode on my phone sometimes/sitting in my house with tears on my face, can’t answer the door to my bros sometimes.”

Stormzy nous présente donc un premier opus dichotomique plein de contrastes, de nuances, dans lequel il confronte deux mondes, deux modes de vie: Gangster Vs. Gentleman? Gang Signs Vs Prayer?. Ok… On comprend plus facilement le titre de cet album après l’avoir écouté en entier!

Un disque dans lequel sa foi est profondément évoquée, ainsi que son histoire personnelle – son père absent, ses origines africaines – et ses déboires actuels. Il expliquait à The Fader “I needed to make an album that represented me, which was always going to be a struggle, I wanted to touch on the gospel side of things, and my faith, because that’s so integral to my character. And the other side of my life — growing up in the streets, doing the things I’ve done with the people I was with, that is also a very integral part of me. I’m not a one-dimensional character”.

Le MC londonien a donc réussi à transcrire les deux aspects de sa personnalité à travers ce premier disque qui ne cesse de confronter des bangers puissants à des ballades un brin trop religieuses… En effet, on aime le côté brut, impétueux du Stormz et on s’attendait davantage à retrouver en grande majorité des titres égalant la puissance de Big For Your Boots. Cependant, la tracklist a été savamment travaillée afin de balancer avec justesse ces deux cotés et ainsi rendre cet heure d’écoute la plus plaisante possible! Il a réussi son objectif: cet opus l’a mené sur la première marche des charts uk et a cassé les préjugés donnés à la scène underground. Grâce à Gang Signs & Prayeril porte fièrement et légitimement le titre de “prince du grime”, prêt à conquérir le trône!

Tracklisting :

1. First Things First

2. Cold

3. Bad Boys (feat. Ghetts and J Hus)

4. Blinded By Your Grace Pt. 1

5. Big For Your Boots

6. Velvet / Jenny Francis (Interlude)

7. Mr Skeng

8. Cigaretts & Cush (feat. Kehlani)

9. 21 Gun Salute (feat. Wretch 32, 

10. Blinded By Your Grace Pt. 2 (feat. MNEK)

11. Return Of The Rucksack

12. 100 Bags

13. Don’t Cry For Me (feat. Raleigh Ritchie)

14. Crazy Titch

15. Shut Up

16. Lay Me Bare

 

Nos morceaux favoris: Big For Your Boots, Shut Up, Mr Skeng, Cold

LA NOTE: 8,5/10

 

 

No Comments

Post A Comment