MIEN – MIEN

MIEN est un supergroupe particulier : ses membres ne se sont en effet pas tous rencontrés dans la vraie vie. Grâce aux joies d’internet et du partage de fichiers, les quatre musiciens ont toutefois pu enregistré leur premier album éponyme, pour lequel voici notre avis.

Tout a commencé lorsque Rishi Dir d’Elephant Stone a rencontré Alex Maas des Black Angels, lors d’un concert. Rishi a ensuite rencontré celui qui sera le troisième membre de MIEN, John-Mark Lapham de The Earlies. Enfin, Rishi toujours, tournant pour son groupe Elephant Stone avec The Horrors, rencontra leur guitariste Tom Furse. Les pièces du puzzle MIEN étaient désormais assemblées, prêtes à composer.

Et quel premier album ! Sombre et étrange sont les deux mots qui le résume le mieux. Comme un voyage exploratoire, MIEN nous emmène avec eux découvrir des sonorités oniriques, entêtantes et angoissantes. Dès l’ouverture, Earth Moon nous fait voyager vers des contrées nouvelles, et on se laisse directement emporter par le groupe. Le sitar qui revient très souvent sur l’album permet de sortir du lot des albums psyché voire post-punk, genre sur lesquels MIEN se place sans difficulté. Odessey, avec ses choeurs, sera la seule échappée vers une ambiance plus pop, plus dansante, sans pour autant détonner du reste de l’album.

L’univers sombre du groupe se fait particulièrement ressentir dès (I’m Tired of) Western Shouting, dont l’ambiance dark psyché associée à un rythme digne d’un rituel ancestral et des voix lointaines est hautement appréciable. Sur Ropes, le sitar apporte une légèreté relative, avec des accents de douceur dans un tunnel de sons sinon peu éclairé. Sur You Dreamt, l’homogénéité des niveaux de son crée une atmosphère anxiogène, que l’on retrouvera d’ailleurs un peu sur Echolalia, cette dernière possédant tout de même un rythme bien plus enlevé.

Au milieu de l’album, Other vient casser la densité des morceaux, en proposant une longue intro, digne d’une BO de film à fort suspense, mais qui finalement ne s’interrompt jamais, devenant alors un interlude long et angoissant. Hocus Pocus reprend ensuite doucement le flambeau avant de se parer de bizarreries saturées : malheureusement ça ne prend pas et l’ennui reste présent sur cette chanson. MIEN se termine toutefois sur une note positive, Earth Moon (reprise). Douce également, elle est cette fois réussie et réellement apaisante, comme pour nous permettre de se remettre de nos émotions après cette écoute intense.

Après quatre années passées à s’échanger des pistes audio et à les retravailler à distance, les membres de MIEN ont donc réussi à assembler un album complètement cohérent et immersif. Perdant parfois son auditoire à force de longueur, on en retient néanmoins des expérimentations complètes et des sonorités puissantes. Un voyage pareil ne pouvait se dérouler sans faire des petits écarts à quelques moments…

Tracklist :

Earth Moon
Black Habit
(I’m Tired of) Western Shouting
You Dreamt
Other
Hocus Pocus
Ropes
Echolalia
Odessey
Earth Moon (Reprise)

Nos morceaux favoris : Earth Moon, (I’m Tired of) Western Shouting, Ropes

La note : 6,5 / 10

Concerts liés à cet article
 
john mark lapham à Paris - 24 septembre 2018
 
The Black Angels à Paris - 24 septembre 2018
 
Elephant Stone à Paris - 24 septembre 2018
No Comments

Post A Comment