Mastersystem – Dance Music

Mastersystem, c’est d’abord quatre potes écossais réunis pour faire de la musique, tout en s’éclatant. Loin des productions -souvent- décevantes des supergroupes, Scott Hutchison (leader des Frightened Rabbit, au chant), Grant Hutchison (batteur des Frightened Rabbit), Justin Lockey (guitariste de Editors) et James Lockey (membre du supergroupe Minor Victories avec son frère) ont sorti un album intitulé Dance Music qui nous ramène tout droit dans le rock alternatif des années 90.

L’aventure a commencé en 2016 à Berlin. Les frères Lockey étaient en studio ensemble et ont pensé à Hutchison pour enregistrer le chant sur des titres déjà créés. Grant est arrivé un peu plus tard sur le projet. Ils ont ensuite passé les deux dernières années à peaufiner leurs créations, tout en jonglant avec les plannings chargés de Editors (qui a sorti un nouvel album Violence le 9 mars) et des Frightened Rabbit.

Hutchison a révélé au début de l’année à NME que le processus de création a été rapide et spontané : « C’est un album dont il faut profiter et ne pas trop sur-analyser ». C’est exactement le sentiment qu’on éprouve à l’écoute : alors tournez le volume à fond et retrouvez l’adolescent qui sommeille en vous.

Dance Music s’ouvre donc sur Proper Home, qui rappelle l’énergie folle et l’ambiance grunge du milieu des années 90, dont le riff de guitare est totalement jouissif. C’est la porte d’entrée à un retour express et intense dans la fureur et l’angoisse adolescente : Hutchison y chante d’ailleurs “bloodshot disenfranchised souls coming back to what we know”. C’est un retour simple et assumé dans le spleen ado, une émotion qui résonne en chacun de nous.

Notes on a Life not Quite Lived, le single de promotion de l’album, commence plus doucement mais nous replonge dès la fin du premier couplet dans le royaume des guitares hurlantes et saturées, pour notre plus grand plaisir.

La suite de l’album continue dans la même lancée : The Enlightenment est encore plus rageur que les deux précédents titres. Teething rappelle un Sonic Youth du milieu des années 90 tout en faisant redescendre un peu l’intensité. Peaks & Troughs & Graves est contrastée : on passe successivement des couplets calmes aux refrains très saturés, le tout dans cette même atmosphère nostalgique.

Old Team est un magnifique morceau. Avec un riff qui fait écho à Proper Home et nous transporte immédiatement, accompagné d’un chant chargé en émotion : tous les ingrédients sont là. Enfin, l’album se finit sur Bird is Bored of Flying. Plus subtil, plus musical, le titre le plus long de l’album en est le point d’orgue.

Finalement, Dance Music est d’une qualité et d’une intensité constante. Mastersystem nous a offert 35 minutes de rock alternatif, dans une ambiance « Fuck it » et « tournons le volume à fond ». Ni trop, ni pas assez, l’album est équilibré et cohérent. Derrière la spontanéité de la création avancée par Scott Hutchison, il y aura donc eu un sacré travail sur la structure générale de l’album.

Dance Music est également tout le contraire de ce qu’on pouvait légitimement attendre : 9 titres et 35 minutes tout droit sortis du milieu des années 90, faits par des amoureux du grunge et du rock alternatif de cette période, et pour les fans du genre. Loin des styles musicaux de Editors et de Frightened Rabbit, Mastersystem est un projet avec son identité propre.

Ils seront d’ailleurs en concerts pour quelques dates dans les grandes villes de Grande-Bretagne fin avril, avant de reprendre la route avec leurs groupes respectifs.

mastersystem

Tracklist :

1 Proper Home

2 Notes on a Life not Quite Lived

3 The Enlightenment

4 Teething

5 Peaks & Troughs & Graves

6 Old Team

7 Must Try Harder

8 A Waste of Daylight

9 Bird is Bored of Flying

x

Morceaux favoris : Proper Home, Notes on a Life not Quite Lived, Old Team, Bird is bored of flying.

x

Review par Claire Desfrançois

No Comments

Post A Comment