Anna Calvi – Hunter

De retour 5 ans après don dernier album, Anna Calvi tutoie les sommets avec un Hunter tout bonnement somptueux. Écoute et critique.

Anna Calvi a su se faire désirer après la fin de l’ère One Breath. Presque 5 ans ont été nécessaires pour que l’auteure/compositrice/interprète revienne sur le devant de la scène; Hunter ce sera donc, titre menaçant baigné dans un rouge des plus sanguinolents.

Plus que jamais, Anna Calvi, au cours des 10 titres qui composent ce troisième album, fait usage de sa guitare comme d’une extension, tant d’elle-même que de la mélodie. Pas de riffs guitar hero-esque ici, mais de superbes mélodies, venant doucement créer une atmosphère éthérée et enivrante (Swimming Pool, à pleurer), ou, au contraire, venant se poser frénétiquement avec force et fracas (Indies or Paradise, galvanisante).


Bien plus que la technicité, la musicienne privilégie ici les montées en puissance, jouant avec la mélodies pour finalement éclater dans de lyriques envolées à la puissance vocale frôlant la perfection et claquant inévitablement de délicieux frissons à l’auditeur. As a Man, Don’t Beat the Girl out of My Boy, Wish; madame Calvi a ce sens inné de la mélodie, cette voix presque théâtrale qui force l’admiration. L’émotion en est d’autant plus grande quand la compositrice se débarrasse délicatement de tous ses ornements de composition pour se retrouver seule, guitare/voix. Away, pénultième titre, en est le parfait exemple.

Quand la chanteuse ne propose pas de saisissantes envolées lyriques, c’est pour mieux créer une atmosphère, une ambiance générale qui tend vers l’émotion la plus pure. Hunter, la conclusion Eden: Anna Calvi emmène son album dans les terres qui lui plaisent, se moquant bien de considérations commerciales, privilégiant la contemplation à la sur-excitation.


Au-delà de ses notes, Hunter est important de par ses mots. Anna Calvi affirme ainsi la part masculine de sa sexualité et questionne par la même occasion les rôles de genres que nous imposent la société. Rien n’est plus témoin de cette volonté d’affirmation que l’ouverture de Chain, inversant à tour de rôle les genres de la chanteuse et de son auditeuRICE. Au-delà de la frontière des genres, chacunE est libre de s’affirmer et de s’épanouir comme ielle le souhaite. Un message fort et nécessaire.

Avec Hunter, Anna Calvi tutoie la grâce dans une œuvre actuelle, technique et émouvante, qui se présente également comme l’affirmation musicale et personnelle de sa compositrice. Réussir à unir la musique et le soi dans un même disque sans jamais délaisser l’auditeur; d’aucuns disent que c’est bien la marque des plus grandEs.

__________________________________________________________________________

Tracklist

As a Man

Hunter

Don’t Beat the Girl out of My Boy

Indies or Paradise

Swimming Pool

Alpha

Chain

Wish

Away

Eden

Nos morceaux préférés: As a Man, Don’t Beat the Girl out of My Boy, Indies or Paradise, Chain, Wish, Eden

 

La note: 9/10

 

Concerts liés à cet article
 
LP à Paris - 2 mai 2019
 
LP à Paris - 5 mai 2019
 
Anna Calvi à Antibes - 29 juin 2019
 
LP à Deurne - 10 juillet 2019
No Comments

Post A Comment