Mumford and Sons - Delta

Mumford and Sons – Delta

Les Mumford and Sons ont pris leur temps pour revenir sur le devant de la scène musicale. Trois ans après Wilder Mind, les londoniens sortent leur quatrième album studio, sobrement intitulé Delta. Quelle est la direction musicale de ce nouvel effort ?

Du changement…, mais pas trop

Il y a trois ans, le groupe avait été critiqué par les fans et la presse pour l’abandon du banjo et de la musique folk – leur signature musicale, qui avait fait leur succès planétaire lors de la sortie de Babel en 2012 – au profit d’un indie-rock de stade, avec moins de saveurs. 2018, nouvelle sortie, nouveau changement. L’association du producteur Paul Epworth (Adele, Coldplay, Florence + The Machine) au processus de création est visible: l’électronique fait une entrée discrète dans les influences du groupe, comme sur Woman. Une seule track sur les 14 de l’album, Darkness Visible, assume complètement ce nouvel apport. Le poème de John Milton, Paradise Lost, est lu sur un fond de piano discret accompagné de beats électro dictant le rythme.  Fini aussi le rock radiophonique, une pop éclectique le remplace sur une bonne majorité des titres.

Pour autant, le terme d’album expérimental reste bien osé. En effet, l’acoustique, leur style originel, reste l’influence prédominante de Delta. L’album s’ouvre ainsi sur 42, dont les harmonies vocales très mumfordesque ne laissent que peu de doute sur la suite des titres. Finalement, Guiding Light, le premier single, synthétise à lui seul la nouvelle direction du groupe. Le titre mélange guitares acoustiques, beat électro légers, harmonies vocales et paroles sombres. Le côté “hymne de stade” n’a pas totalement disparu, et fera forcément mouche lors de la grosse tournée du groupe, passant par le Zénith de Paris en mai prochain.

Une bande originale de film

Si la création et la production font preuve de subtilité dans beaucoup de compartiments, il est un aspect de l’album qui finit par peser au bout de 14 chansons. Le caractère cinématographique et épique de chaque chanson est trop récurrent. Le schéma de l’orchestration qui monte petit à peu en volume et intensité au fur et à mesure du titre, accompagnée par la voix de Marcus Mumford de plus en plus forte se retrouve sur presque toutes les titres, à l’exception de Woman, Wild Heart et Forever. Ce ne sont pourtant pas ces trois morceaux qui sont les moins intéressants. C’est aussi dans la simplicité et la sobriété que l’émotion portée par la voix du leader et la musique du groupe s’exprime librement.

Mumford and Sons - Delta & National Geographic

Ironiquement, le groupe proposait une écoute en avant-première de sa sortie en association avec National Geographic. Les anglais ont visiblement écrit et composé Delta en regardant des films sans le son, notamment des films de National Geographic. Effectivement, cette association images-son est particulièrement adaptée avec cet album.

Un album sombre

Si l’instrumentation maintient une atmosphère plutôt douce, les thèmes des chansons contrastent par leur gravité. Puisant largement leur inspiration dans ce qu’ils appellent les 4D: “depression, death, divorce and drugs”, l’album penche un peu trop du côté sur-dramatique, comme dans Slip away, par exemple, avec le refrain “You find me waiting here for you/Come and suffer here/You find me holding my breath for you/Come and suffer here” . Il existe pourtant des moments plus lumineux et moins caricaturaux sur Delta. Picture You est une chanson d’amour, toujours un peu dramatique dans les paroles (peut-on vraiment y échapper ?), mais qui s’attarde moins sur les côté sombres de l’amour.

Finalement, Delta, dans ses meilleurs moments, montre que Mumford and Sons a toujours ce talent pour mixer différentes influences et produire un tube, taillé pour les ondes, sans devenir sa propre caricature. L’arrivée de Paul Epworth a apporté des éléments intéressants à la composition musicale et à la production. Point noir: Les 14 titres semblent superflus, tant l’album se répète dans sa première moitié et s’essouffle sur la fin. Heureusement, le titre éponyme de l’album finit en beauté cette écoute.

La tournée qui s’annonce est la plus grande à ce jour prévue pour le groupe. Elle passera au printemps prochain au Zénith de Paris (le 7 mai 2019)

Tracklist :

42

Guiding Light

Woman

Beloved

The Wild

October Skies

Slip Away

Rose of Sharon

Picture You

Darkness Visible

If I say

Wild Heart

Forever

Delta

Nos morceaux préférés: Woman, Picture You, If I say, Delta

LA NOTE : 7/10

 

 

Concerts Mumford & Sons
No Comments

Post A Comment