Tom Odell envoûte le Bataclan

De retour à Paris, Tom Odell captive le Bataclan par sa présence scénique et son énergie. Il alterne moments calmes et cathartiques avec brio ne laissant personne indifférent. Se crée alors une atmosphère intimiste et inoubliable entre lui, ses musiciens et les 1 500 personnes qui remplissent le Bataclan.

Humblement, vêtu d’un costume noir et d’une chemise rouge, Tom Odell monte sur scène et salue son public parisien au Bataclan avant de s’asseoir devant son piano. On dirait qu’un prodige s’apprête à nous dévoiler son talent. Sous un simple rayon de lumière blanche sur une scène obscure il entame les premières notes de Jubilee Road, première chanson de son album éponyme. Toute la salle est envoutée, il n’y a aucun bruit, il capte toute l’attention dans une atmosphère presque religieuse. Ses musiciens, qu’il présentera plus tard (Toby Couling à la batterie, Max Goff à la basse et Max Clilverd à la guitare), s’installent discrètement dans le noir et le rejoignent au fur et à mesure de la chanson, apportant de la profondeur à la mélodie.
En enchaînant avec I Know, Odell électrise la salle, elle qui était si calme et attentionné, s’active d’un coup. L’ensemble du concert sera alors marqué par cette capacité que le natif de Chichester a d’alterner entre les moments de calme solennels, de passion enragée et de pure énergie.

Pendant ses deux heures sur scène, bien qu’il ne parle pas beaucoup, Tom Odell parvient à créer une symbiose parfaite entre lui, ses musiciens et son public. Comme un chef de fil, d’orchestre ou même un gourou, il définit l’exemple à suivre : pendant les chansons calme comme Half Good As You les fans  chantent timidement derrière lui, tels des chœurs venus tout droit des cieux, dans les moments de défoulement en revanche, la salle se lâche totalement. Cette aura est totalement visible pendant Hold Me où il quitte la scène, se faufile au travers de la foule, monte sur la table de son et demande à tous et toutes de chanter avec lui, de frapper des mains, de taper des pieds et de claquer des doigts avant de revenir sur scène, monter sur son piano, s’amuser avec ses musiciens et jeter son tabouret.

Comme il le chante dans Entertainment, Tom Odell est un entertainer hors pair. Il rode son set avec perfection, tout en gardant une justesse dans sa voix qui envoute tout le monde. Aux moments opportuns il interagit avec son audience, partage quelques anecdotes avant de pianoter à nouveau son clavier. Après seize chansons, dont Imagine de John Lennon qui résonne particulièrement fort au Bataclan, on est passé à travers de nombreuses émotions, bien plus que ce à quoi on s’attendait en allant voir ce chérubin tout droit venu du sud de l’Angleterre.

Retrouvez toute les photos de la soirée ici.

 

Setlist :

Jubilee Road

I Know

Sparrow

Supposed To Be

Magnetised

Behind The Rose

Can’t Pretend

Long Way Down / Grow Old With Me

Hold Me

Entertainment

Half As Good As You

Song Of An Only Child

Imagine (John Lennon Cover)

Concrete

Another Love

Somehow

No Comments

Post A Comment