Swervedriver - Future Ruins

Swervedriver – Future Ruins

Il y a quatre ans, Swervedriver reprenaient le cours de leur carrière là où ils l’avaient laissée, 17 ans après la séparation du groupe. Future Ruins, leur nouvelle création, vient confirmer leur retour avec un disque délicieusement 90’s.

Le groupe d’Oxford a été -et est toujours- une référence importante dans le milieu du rock alternatif shoegaze. Influence prépondérante pour de nombreux groupes qui ont suivi le mouvement, leur empreinte est toujours perceptible dans la musique de Mogwai, Departure ou Dinausor Jr. La majorité de Future Ruins s’appuie d’ailleurs sur le rock alternatif des années 90’s, comme il ne s’en fait (presque) plus. Après la sortie de I Wasn’t Born to Lose You (2015), clairement pensé comme “un retour aux affaires”, classique, dans la droite lignée de leurs sorties sur le label Creation Records, on aurait pourtant pu s’attendre à une évolution dans le son du groupe. Swervedriver a tenté, ça et là, de petits essais d’expérimentation au delà de leur genre d’origine, sans totalement s’épanouir dans cette voie.

Comme une affirmation de leur retour pour long terme, le titre d’ouverture Mary Winter est un bon rappel de ce qu’est capable Swerdriver. Une batterie qui martèle le rythme, une ambiance de guitares saturée, une voix douce et posée, welcome back to the nineties ! Même ressenti sur Future Ruins, plus doux et carrément shoegaze. Musicalement, rien n’est nouveau, certes. Trente ans après l’avènement du genre, il est pourtant bon de se replonger dans de telles sonorités. Nostalgie, vous dites ?

Pourtant, au milieu de ces souvenirs des années 90, on retrouve d’autres influence. Chanson après chanson, le leader du groupe, Adam Franklin, dresse un portrait dystopique du monde se délitant petit à petit. Plusieurs titres accompagnent donc cette perte de structure, donnant dans le côté plus expérimental et psychédélique du shoegaze. Theeascending finit sur une libération de guitares dissonantes et bigarrées. Radio-Silent est une longue et anesthésiante lamentation de 7min et Everybody Going Somewhere and No-One’s is going Anywhere a, comme le titre le laisse entendre, bien du mal à trouver un sens. Des essais déstructurés, bienvenues, mais pas aboutis.

A leurs côtés, on retrouve plusieurs chansons radio-friendly (tout du moins dans les années 90), plus axées pop. The Lonely Crowd Fades in the Air et Spiked Flower sonnent comme du Swervedriver vintage et sympathiques. Agréable et solides, mais avec un air de déjà-vus.

Future Ruins est un bel et solide album à ajouter dans l’imposante collection de Swervedriver. Il y a plein de bons moments lors de son écoute: Good Times et Spiked Flower sont plutôt catchy, les nouvelles expérimentations derrière Radio-Silent et Theeascending prouvent que le shoegaze peut encore être surpenant 30 ans. Il reste pourtant anachronique et aurait très bien pu paraître en 1990. C’est une madeleine de Proust, une réminiscence du rock alternatif passé. Le groupe étant visiblement revenu pour un petit bout de temps, on est donc en droit d’espérer une prise de risque un peu plus assumée pour le prochain ?

Tracklisting

Mary Winter

The Lonely Crowd Fades in the Air

Future Ruins

Theeascending

Drone Lover

Spiked Flower

Everybody’s Going Somewhere & No-One’s Going Anywhere

Golden Remedy

Good Times 

Radio-Silent

Nos +: Good Times, Spiked Flower, Mary Winter

La Note: 7/10

No Comments

Post A Comment