The Wombats et Circa Waves au Trabendo : combo gagnant

The Wombats et Circa Waves étaient réunis sur la scène du Trabendo pour un des plateaux les plus excitants de ce début d’année. Retour sur une très belle soirée.

On pouvait difficilement rêver mieux. Les Wombats et Circa Waves un même soir dans la même salle. Et, cerise sur le gâteau, l’une des plus belles promesses de l’indie britannique était là : Bloxx. Un plateau assez fou pour cette soirée au Trabendo qui affichait logiquement complet. Des actualités assez différentes pour les 3 groupes. The Wombats venaient présenter leur dernier album Beautiful People Will Ruin Your Life. Circa Waves eux, étaient en promo pour leur troisième album à paraître le 5 avril alors que Bloxx faisaient leur début en France.

Bloxx : la belle promesse

Une affiche qui va tenir toute ses promesses dès l’arrivée de Bloxx à 19h30 alors que le Trabendo se remplit doucement. L’indie rock du quatuor est à la fois puissant et envoûtant. La voix d’Ophelia, accompagne parfaitement les compositions du groupe. A la fois brut et superbement catchy, Bloxx confirme nos espérances. Novocain et sa ligne de basse ravageuse montre l’exemple. Un très beau début pour une formation dont on risque d’entendre parler rapidement.

Circa Waves : retour court mais triomphal

Place maintenant à Circa Waves. On trouve dans la salle plusieurs fans, preuve que le groupe attire, même pour une première partie. Car même si l’affiche ressemblait presque à une double tête d’affiche, Circa Waves fait bien office de première partie et ne jouera que 30 petites minutes. Mais il en faut plus pour effrayer les 4 quatre garçons de Liverpool. Il leur faudra simplement quelques minutes pour enflammer pour la première fois un Trabendo chauffé à blanc. Fire that Burns résonne et déclenche les premiers pogos. Cela faisait presque 2 ans que Circa Waves n’était pas venu à Paris. Alors le public ne boude pas son plaisir. Le groupe non plus.

Même les singles sortis récemment sonnent parfaitement en live. Que ce soit le pop Movies ou le plus rock Be Somebody Good, on sent Kieran et sa bande plus déterminés que jamais. En finissant avec l’hymne T-Shirt Weather, Circa Waves ravit quelques 700 chanceux qui reprennent en choeur les “It’s gonna be okay!“. En 30 minutes, Circa Waves aura délivré un très beau set. De quoi patienter jusqu’à leur retour en headline.

The Wombats: de la joie, des pogos et des ballons

Pas la peine donc de préciser que le public du Trabendo est prêt à en découdre à l’arrivée de The Wombats vers 21h20. En entrant avec Cheetah Tongue, The Wombats annonce la couleur. On est clairement là pour s’amuser, sauter et danser.

En effet sans être toujours extraordinaire, la musique que les Wombats produisent depuis plusieurs années a un point commun, la bonne humeur mais surtout un rythme qu’il est difficile de combattre. Mais lorsque le groupe enchaîne avec le mythique Moving To New York, on se rappelle à quel point avec seulement 4 albums, The Wombats a su acquérir une place dans le panthéon du rock. En naviguant habilement entre rock brut et pop édulcorée, The Wombats fait l’étendue de sa discographie, de son talent. Et le public, le voit, en profite. Les pogos seront incessants dans le centre de la fosse alors qu’on voit des sourires s’afficher sur l’ensemble des visages parisiens.

Les nouveaux morceaux aussi font fiers allures. Black Flamingo est un très bon morceau rock. I Don’t Know Why I Like You But I Do une jolie ballade. Alors que Turn est un hymne accessible et dansant. Un beau résumé, finalement du groupe qu’est The Wombats.

On retiendra, comme à chaque concert du groupe, l’incroyable énergie du bassiste norvégien Tord Øverland-Knudsen. On retiendra la très (trop) pop Tokyo (Vampire & Wolves) et les énormes ballons qui sont envoyés dans la fosse (en nous rappelant fortement le Hullabaloo de Muse). On retiendra aussi la superbe version acoustique de Lethal Combination par Matthew Murphy ainsi que le final euphorique avec Greek Tragedy. On retiendra surtout la version survitaminée et jouissive de Let’s Dance to Joy Division qui fera exploser le Trabendo pour 5 minutes de pur bonheur. The Wombats ne déçoit pas en live. Sans être exceptionnels musicalement, et sans forcement prendre d’énormes risques, The Wombats sait faire une chose primordiale, rendre les gens heureux, et célébrer la musique. Un set d’une heure trente d’une efficacité rare. Et rien que pour ça, on reviendra.

SETLIST:

Cheetah Tongue

Moving To New York

Jump Into The Fog

Black Flamingo 

Give Me A Try

Emoticons

Lemon To A Knight Fight

I Don’t Know Why I Like You But I Do

Pink Lemonade

Bee-Sting

Kill the Director

Ice Cream

Techno Fan

Your Body Is A Weapon

Tokyo (Vampire & Wolves)

Let’s Dance To Joy Division

Encore :

Lethal Combination (acoustique)

Turn

Greek Tragedy

No Comments

Post A Comment