Intimes retrouvailles avec Foals à la Maison de la Radio

A l’occasion de la sortie du brillantissime Everything Not Saved Will Be Lost, Pt. 1, nos poulains préférés Foals étaient de passage chez France Inter pour des retrouvailles royales. Récit.

“C’est le 4ème concert de Foals pour cette tournée, et leur premier en France pour promouvoir ce nouvel album; vous avez intérêt à les accueillir comme il se doit!” Cette phrase, lâchée par une Rebecca Manzoni dans une apparente décontraction, sonne comme une évidence aux oreilles de chaque spectateur présent dans l’enceinte du Studio 104. Ce live du mastodonte Foals dans une salle à capacité réduite est un privilège qu’il va falloir honorer avec félicité. Un mantra bien appliqué quand la troupe menée par Yannis Philippakis monte sur scène à 20h et quelques minuscules poussières.

Maintenant 7 sur scène, la formation attaque un public chauffé à blanc avec un On the Luna conservant toute son énergie studio. Si le titre perd quelques arrangements en cours de route, ce manque est largement compensée par une intensité indéniable et par un plaisir salvateur de retrouver Foals sur scène. Et ce délicieux constat: chaque titre du nouvel album qui sera joué ce soir est interprété pour la première fois sur le territoire français.

Quelques notes bien connues de toutes et tous retentissent, et le quatuor se lancent dans un My Number réjouissant, faisant en fin de course se lever un public enfin débridé. Notre cher Yannis Philippakis en profite évidemment pour se frotter avec malice aux premiers rangs, extatiques. “Ça fait plaisir de vous voir debout” lâche-t-il sur le ton de la confession. Le plaisir est à nous.

Nouvelle exclusivité, le groupe se lance dans un délicieux Sunday, au climax sensationnel qui lâche une décharge d’émotion implacable sur le studio 104. Vite vite vite; après un faux départ, un incandescent Mountain At My Gates nous atterit en pleine figure, agrémenté d’une rupture annonçant un finish apocalyptique. Encore sous le choc? Le petit nouveau Syrups se charge de nous achever, démarrant d’une ligne de basse complexe pour s’achever dans une apocalypse frénétique irrésistible.

Il est enfin temps de souffler un peu. Les premières notes de Spanish Sahara retentissent. Le public n’émet même plus un souffle. Le titre, classique incontournable de la discographie de Foals, brille comme un joyau, porté par des musiciens plus précis et passionnés que jamais. Mention toujours très spéciale à Jack Bevan, peut-être le meilleur batteur actuellement sur le marché.

Entre quelques morceaux, sir Philippakis nous remercie de notre présence. “Ça nous fait très plaisir d’être de retour à Paris”. Nous aussi. Exits retentit, peut-être le titre le moins efficace de ce set, la faute à un son de guitare détonant quelque peu et ne retranscrivant pas tout à fait la transe exaltante qui se dégage de sa version studio. Peu importe: en guie de conclusion, Foals livre un In Degrees dantesque, révélation live incontournable à la conclusion surpuissante et renversante, dont on ne se relève pas vraiment. Le public exulte, et le groupe s’éclipse après quelques remerciements sous un tonnerre d’applaudissement.

Notre frontman préféré revient très vite pour une petite interview afin de conclure cette soirée. Nul doute cependant: ce set d’une petite heure a confirmé l’indéniable puissance live de Foals, revenus plus forts que jamais. Ce warm-up fut évidemment presque frustrant, tant il demande à être apprécié dans une salle propice à la danse et aux mouvements de foule, et complété des 10 autres titres qui forment la setlist actuelle du quatuor. Pour cela, il faudra attendre le Bataclan; rendez-vous le 13 Mai, sans faute!

Foals Setlist @ Studio 104 (12/03/19)

On the Luna

My Number

Sunday

Moutain at my Gates

Syrups

Spanish Sahara

Exits

In Degrees

Concerts Foals
 
Foals à Guéret - 23 août 2019
 
Foals à Saint-Cloud - 25 août 2019
No Comments

Post A Comment