Qui es-tu ? Ferris & Sylvester

Quand folk-rock et country alternatif se croisent, cela donne un délicieux duo londonien nommé Ferris & Sylvester. Coup de coeur assuré !

Originaire de : Londres

Pour les amateurs de : Folk, blues, country alternatif

Pour les fans de : The Lumineers, Mumford & Sons, Of Monsters & Men

Qui es-tu, Ferris & Sylvester ?

Derrière le nom de scène se cache un duo, Issy Ferris et Archie Sylvester. Un tandem de songwriters qui voit le jour en mars 2016, surfant une vague folle on ne peut plus hyper, entre les patrons Arcade Fire et Mumford & Sons, et les rejetons aimants à succès, Of Monsters & Men et The Lumineers en tête. A la manière d’Angus & Julia Stone, Ferris & Sylvester utilise les harmonies vocales à des mélodies folk-rock, avec des variantes blues et americana baignées de country alternative. Sacré mélange oui, mais gros coup de coeur surtout.

On le comprend très vite à l’écoute avec leur single-phare, London’s Blues, qui sonnerait à merveille dans un saloon du Nevada. Et pourtant, derrière cette rythmique joyeusement country et bluesy, se cache un duo bien plus habitué au fog de la capitale britannique qu’aux joutes de rodéo. Et si vous percevez du Johnny Cash croisé Bob Dylan, c’est bien sûr parce que ces deux artistes ont été largement biberonnés et inspirés par ces mélodies old school, celles du Greenwich Village sauce sixties, dont certains rythmes peuvent s’en faire l’écho.

Les deux complices se révèlent en 2017, après quelques démos comme Save Yourself ou Berlin, avec le single Better in Yellow. Petite perle folk-pop avec un refrain entêtant, le morceau permet à Ferris & Sylvester se passe à la vitesse supérieure, avec la parution l’année suivante d’un premier EP, Made in Streatham, avec notamment Better in Yellow, leur tube London’s Blues et The Room.

Quelques mois plus tard, le duo dévoile Burning River, reconnaissable avec les fameux “ho” usés et abusés dans le genre folk festif (coucou Of Monsters & Men) et marqué par une guitare électrique saillante et explosive. Un style que l’on retrouve plus affirmé que jamais sur le récent Sickness qui, en plus de ses textes émouvants et de ses choeurs fédérateurs, nous offre un riff absolument jubilatoire qui peut rappeler la patte Jack White.

Pour en savoir plus : Site officielFacebookTwitter

No Comments

Post A Comment