Good Cop Bad Cop – Good Cop Bad Cop

L’album éponyme fruit de la collaboration de Joe Carnall et Matt Helders Good Cop Bad Cop propose un résultat intéressant mais finalement un peu tiède.

L’exercice du side project est toujours un sacré challenge : comment effectuer un reset dans sa pratique musicale et son inspiration, surtout lorsque les groupes d’origines sont particulièrement talentueux. Joe Carnall de Milburn et Matt Helders d’Arctic Monkeys nous offrent un projet qui fait la part belle aux arrangements de qualité. Helders, déjà rôdé à l’exercice (sa participation au super groupe accompagnant Iggy Pop avec le fabuleux Post Pop Depression), revendique le travail de production et distille un son particulièrement épuré à base de beaucoup de synthés, de boites à rythme et totalement éloigné de la fougue de ses fûts préférés.

Le single dévoilé en amont, Silk and Leather donnait déjà cet aperçu d’une musicalité synthétique, assez douce et mélodique. Le but n’était clairement pas de ruer dans les brancards. Dès lors, la découverte de l’album dans son intégralité confirme cet état d’esprit, du moins lors de sa première moitié. En effet, du titre d’ouverture When You’re Not Winning jusqu’à Times New Roman, le tempo binaire et les notes dignes d’un bon vieux Bontempi nous font rentrer dans la danse de façon lente et progressive.

L’atmosphère évolue grâce à End of Level Boss Part I, qui un peu plus loin suivi de la Part II rappellent une sonorité plus proche des premiers Monkeys, notamment dans le chant de Joe Carnall. End of The Beginning, dernier morceau du disque redonne un peu d’énergie rock à l’ensemble afin de ne pas nous faire oublier d’où vient Matt Helders. Cette seconde partie du disque est certes un peu plus instrumentée mais, malgré le joli brin de voix de Carnall, ne livre aucun titre qui sorte du lot. Il est difficile de qualifier le tout, et malgré le travail maitrisé quant à la mise en mélodie, cela n’empêche pas une petite lassitude sur la longueur.

Le side project est en général un “one shot”, représentant un échappatoire pour tenter d’autres chemins. Voilà pourquoi il ne faut pas aborder le disque comme “le disque du batteur d’Arctic Monkeys” (je l’ai lu à moult reprises ) mais plutôt comme l’occasion pour Joe Carnall et Matt Helders de nous dévoiler de nouvelles facettes de leur talent. On aurait tout de même apprécié que les facettes soient un peu plus énergiques.

Tracklisting :

When You’re Not Winning

Silk And Leather

Sharp Shooter

Times New Roman

End of Level Boss Part I

Quarter Past June

Taste The Danger

Landline

End of Level Boss Part II

Time Crisis

End of The Beginning

Notre sélection : End of Level Boss Part I & Part II, End of The Beginning, Silk and Leather, Time Crisis

La Note : 5,5 / 10

No Comments

Post A Comment