Fontaines D.C – Dogrel

Le premier album des Irlandais de Fontaines D.C Dogrel arrive enfin et confirme l’énergie punk et authentique du quintet.

Saluons tout de suite la “stratégie” du groupe à avoir réussi à fidéliser son auditoire pour la sortie de l’album : la moitié des titres ont déjà été révélés au public via des vidéos ou des audios sur internet. Cela peut aussi être une façon de ne pas trahir les attentes, attisant d’autant plus l’appétit.

Dans Dogrel, la sonorité est punk, aucun doute là dessus. Les intros à la guitare lourde donnent le ton et les premières notes de Too Real et The Lotts sonnent tel un hommage déconcertant d’efficacité au meilleur de Joy Division. La majorité des morceaux débute par cette batterie au tempo primaire, suivie de la ligne légère de basse et du riff de guitare entêtant. L’équation simplicité = efficacité s’impose à nous. Le titre d’ouverture Big en est le parfait exemple.

Premier album punk pour une jeune formation issue des quartiers modestes de Dublin. On pourrait s’attendre à des diatribes un peu simplistes mais le leader Grian Chatter offre au contraire des textes qui interpellent par leur complexité. Point d’incitations à envoyer paitre le système (vous pouvez traduire dans l’autre sens), on ne se contente pas de gueuler sa rage, l’élégance de l’écriture habille les propos de façon subtile.

A titre d’exemple, Too Real exprime la volonté assumée des plus modestes à réussir quel qu’en soit le prix “None can revolution lead with selfish needs aside, As I cried, I’m about to make a lot of money, Gold harps on the side , Is it too real for ya?”

Hurricane Laughter évoque l’omniprésence de l’héritage catholique irlandais “City barking by the windows screaming to exist, not without the muted mindof priesthood so imperious” , et Chequeless Reckless dresse un portrait brutal de notre société “A sell-out is someone who becomes a hypocrite in the name of money, An idiot is someone who lets their education do all of the thinking, A phony is someone who demands respect for the principles they effect, A dilettante is someone who can’t tell the difference between fashion and style.”

Fontaines D.C sont d’autant plus crédibles qu’ils ne gomment pas leur accent et qu’ils se réfèrent directement à leur milieu d’origine. Boys in The Better Land exprime les incitations perpétuelles à la jeunesse de partir s’établir au delà des frontières et Dublin City Sky nous expédie carrément dans la faune d’un pub local (la musicalité particulièrement traditionnelle y est appréciée).

Est-ce qu’un premier album d’un jeune groupe issu d’un milieu modeste doit donc sonner systématiquement punk ? L’interprétation semble simpliste mais renvoie à une réalité incontestable : quand on est en colère, l’énergie est décuplée et la créativité accouche de musiques et de textes forts et audacieux. Rajoutez-y une dextérité particulière avec la plume et vous obtiendrez un premier album plus que réussi. Attention à la suite …

Tracklisting :

Big

Sha Sha Sha

Too Real

Television Screens

Hurricane Laughter

Roy’s Tune

The Lotts

Chequeless Reckless

Liberty Belle

Boys in The Better Land

Dublin City Sky

Notre sélection : Too Real, The Lotts, Big, Boys in The Better Land

La Note : 7,5 / 10


No Comments

Post A Comment