MARINA – Love + Fear

Quatre années après le dansant et acidulé Froot Marina & The Diamonds revient sur le devant la scène. Sauf que cette fois-ci non seulement la charmante Galloise s’est rebaptisée sobrement MARINA mais elle dévoile un quatrième opus sous forme de diptyque : Love + Fear.

Et à l’instar de cet ambitieux projet, la sensation que laisse Love + Star est divisée. L’observation la plus saillante à son écoute est d’abord celle que la pop jadis délicieusement sucrée qui caractérisait Marina & The Diamonds s’est désormais muée en une musique électronique. La faute probablement à la production laissée entre les mains du groupe britannique Clean Bandit à qui l’on doit des collaborations, il faut bien l’avouer, pas toujours de très bon goût avec Zara Larsson ou Demi Lovato. Et le moins que l’on puisse dire c’est que leur patte synthétique se fait ressentir sur, à peu de choses près, tous les morceaux (16 au final). Comme quoi la production peut parfois polluer des chansons aux mélodies au départ forts bien dénichées. Plongée dans l’album…

De prime abord, ce nouveau projet avait un goût de minimalisme tant par le fait de se dépouiller de ses diamants habituels que par le choix de la pochette qui affiche MARINA dans une simplicité sublime. Surprise alors à l’écoute de Love, dans un premier temps.

Car en effet, cette première partie semble en demi teinte puisqu’éclaboussée de sonorités poisseuses et artificielles comme sur Superstar ou Baby par exemple où on ne peut s’empêcher de fantasmer sur des versions plus édulcorées sur lesquelles la voix de MARINA se serait posée dans l’écrin de ces mélodies néanmoins ravissantes. Fort heureusement sur les morceaux Handmade Heaven et End of The Earth le juste milieu entre pop savoureuse et ballades délicates est réussi. Et c’est d’ailleurs dans ces mêmes titres que l’on ressent pleinement le message que MARINA veut véhiculer à travers ce diptyque aux faux airs de parcours initiatique vers une paix intérieure.

Car si le côté théâtral qui jusqu’alors distinguait sa carrière semble avoir été dissout, il s’agit là de la volonté de l’artiste qui place désormais au cœur de son travail une certaine simplicité. Ainsi, MARINA revient gonflée à bloc après une période relativement sombre qui l’a façonnée personnellement dans un premier lieu puis par la suite et en toute logique sa musique : “Je crois véritablement dans l’idée qu’un artiste peut mener une vie saine et heureuse tout en produisant un travail intéressant et significatif” s’est-elle confié récemment au magazine américain Billboard.

Et de continuer : “Je n’aime vraiment pas l’idée stéréotypée des artistes endommagés ou destructeurs parce que c’est inexact. En un sens la conception en elle-même est destructrice. Doit-on vraiment souffrir pour produire un art de qualité? On ne devrait pas idéaliser des problèmes de santé mentale. Je suis pro-bonheur”. Love, la première partie, s’impose donc comme une célébration rayonnante de morceaux gorgés de bonne humeur comme l’en attestent les titres Orange Trees et Enjoy Your Life. Une attention fort louable et rafraîchissante qui pourtant transpire davantage dans la seconde partie de l’album, Fear.

Sous des airs de guilty pleasures veloutés, les titres recèlent un puissant potentiel tubesque . Impossible de discerner si l’on s’habitue aux sonorités électro au fil du projet ou si elle se font plus subtiles, toujours est-il que tous les morceaux sont séduisants. Tandis Life Is Strange ou Karma rappellent les premiers amours époque The Family Jewels, Emotional Machine et No More Suckers ravivent une pop piquante sans oublier les ballades Too Afraid et Soft To Be Strong que n’aurait pas reniées Lana Del Rey.

Love + Fear ou l’éloge de l’ambivalence des émotions humaines. MARINA signe un retour honorable même si par moment claudicant car ayant pris un virage électronique pas nécessairement habile pour nous autres avides de mélopées gluantes de pop indé.

Tracklisting:

*Love*

Handmade Heaven

Superstar

Orange Trees

Baby

Enjoy Your Life

True

To Be Human

End of The Earth

*Fear*

Believe in Love

Life is Strange

You

Karma

Emotional Machine

Too Afraid

No More Suckers

Soft To Be Strong

Nos morceaux préférés: Handmade Heaven, Life is Strange, Emotional Machine, End of The Earth

LA NOTE: 6/10

No Comments

Post A Comment