Ambiance power-pop fleurie avec Ten Fé au Pop-Up du Label

Le Pop-Up a de nouveau accueilli le quintet anglais Ten Fé qui a déployé des petits trésors pop pour la sortie de leur nouvel album.

Deux ans se sont écoulés depuis le premier passage de Ten Fé sur la petite scène intimiste du Pop-Up, toujours mené par le duo londonien Leo Duncan et Ben Moorhouse. Depuis lors, les barbes, les cheveux et les chemises à fleurs ont poussé en parallèle à une sonorité particulièrement pop, qui domine le dernier album Future Perfect, Present Tense sorti en mars dernier.

La mutation entre les deux disques est marquante : d’un rock toujours assez doux mais plutôt indé, les nouveaux titres tendent vers une sonorité très imprégnée par un rock californien 60s (d’où la chemise fleurie !), les arrangements flirtant agréablement avec le meilleur de Brian Wilson à la belle époque.

L’ambiance était dès lors très décontractée ce samedi soir. Souriant et toujours un brin réservé, le groupe a livré un peu plus d’une heure d’un set faisant la part belle aux nouveaux titres. La force de ce groupe tient dans l’harmonie scénique entre Leo Duncan et Ben Moorhouse , qui chacun leur tour mènent le chant. Leo de son air de marin grec entonne les titres les plus enjoués, fort de sa guitare acoustique qui fleure bon le soleil et l’insouciance beatnik. Ben lui se charge des chansons plus mélancoliques, son timbre plus profond étant très bien mis en valeur dans le registre des ballades rock.

Le groupe fait donc défiler les titres plus ou moins énergiques, toujours sur une base pop solide, les guitares étant dominantes mais jamais écrasantes. Le synthé de Johnny Drain passe du mode sample plutôt funky à une sonorité new-wave assez binaire digne des débuts de New Order. Les membres partagent la joie du public en ne cessant (autant que possible de par l’étroitesse de la scène) de sautiller sur place en affichant de larges sourires.

Le choix des titres est équilibré et ne laisse aucun temps mort s’installer. Le groupe étant peu couvert par les médias français, les fans sont tout de même présents et fidèles, reprenant pour la plus part en chœur les titres les plus connus ainsi que le dernier single Won’t Happen.

Une soirée réussie qui nous a agréablement réchauffé en ce début de printemps des plus glacial. Ten Fé a fait le choix d’un virage pop très prononcé, particulièrement bien calibré pour la FM, les radios britanniques les diffusant allégrement. Le groupe se donne ainsi les moyens de s’ouvrir à un public plus large, au travers de titres que l’on peut sans honte qualifier de commerciaux. Comme l’on fait beaucoup d’autres groupes britanniques qui ont ainsi pénétré d’un album à l’autre une toute autre dimension, c’est ici le meilleur moyen de s’assurer une certaine renommée et de se permettre de passer à la vitesse supérieure. C’est tout le mal que nous souhaitons à Ten Fé. Peace !

Quelques photos ici

No Comments

Post A Comment