10 ans de succès pour West Ryder Pauper Lunatic Asylum de Kasabian

Ce 5 juin célèbre les 10 ans tous ronds de l’excellent 3e opus de Kasabian qui a fait exploser le groupe de Leicester sur la scène mondiale.

Kasabian est une de ces rares formations à avoir tapé dans le mille dès le premier disque et surtout, à avoir légitimement trouvé la reconnaissance des médias et du public dès le début. Pour rappel, c’est avec leur album éponyme dès 2004 qu’ils ont scruté les charts et écumé les récompenses, se dévoilant à une époque où l’on faisait son deuil de la brit pop et où les grosses pointures comme Oasis et Blur s’éparpillaient de ci de là.

Le rock de Kasabian offrait alors de la fraicheur : l’incroyable audace de mêler aussi ouvertement un rock garage à des sonorités électro a offert lors des deux premiers albums une ribambelle de tubes aussi bien appréciée en club qu’en concert.

Le 3e album au titre difficilement énonçable d’une traite (je plaide toujours coupable 10 ans après) voit la position de compositeur exclusif de Sergio Pizzorno s’entériner et un grand nom de la production venir superviser le tout en la personne de Dan The Automator. Le résultat : une tracklist où aucun titre n’est à délaisser. Se succèdent des titres puissants et devenus depuis lors des incontournables tels Underdog et Vlad The Impaler. Les arrangements sont incroyablement subtils et nous offrent des interludes cosmiques comme Swafiga et Secret Alphabets. La voix de Tom Meighan atteint des sommets de maîtrise et est parfaitement mise en exergue dans une des plus belle chanson tout album confondu qu’est West Ryder Silver Bullet, duo interprété avec Rosario Dawson.

  

L’enchainement des titres sur cet album peut paraître de prime abord un peu confus mais donne un incroyable relief à cette liste ininterrompue de hits. Chaque titre a sa propre patine, sonne unique dans tout l’album. Ainsi, une chanson punchy comme Fast Fuse voit à sa suite s’enchainer un titre à la musicalité plus douce comme Take Aim.

Chaque album de Kasabian a son mega hit. Club Foot pour Kasabian, Empire pour Empire et ici Fire qui est devenu depuis lors un titre digne des stades. Cette période fut également l’occasion pour le groupe de se classer dans différents charts étrangers, leur ouvrant les portes d’une renommée quasi mondiale. Le groupe écume alors l’Australie, les États Unis et l’Asie, avec une participation au fameux Fuji Rock Festival au Japon.

  

La transition avec Velociraptor ! en 2011 sera un peu plus difficile, ce disque atténuant les sonorités electro rock du groupe pour un son un peu plus mainstream. Néanmoins, cette salve de hits que nous a alors offert Kasabian dans son West Ryder Pauper Lunatic Asylum n’est jamais boudée en concerts et nous retrouvons beaucoup de ces tubes en live 10 ans après.

Et bien évidement, il y a 10 ans, nous y étions !

 
 

Tracklisting :

  1. Underdog
  2. Where Did All The Love Go ?
  3. Swarfiga
  4. Fast Fuse
  5. Take Aim
  6. Thick As Thieves
  7. West Ryder Silver Bullet
  8. Vlad The Impaler
  9. Ladies and Gentlemen (Roll The Dice)
  10. Secret Alphabets
  11. Fire
  12. Happiness
No Comments

Post A Comment