Récit de l’épopée Damon Albarn par Nicolas Sauvage

Qu’on l’adule ou qu’on le déteste (parfois même un peu des deux), Damon Albarn occupe une place non négligeable dans le paysage musical, britannique mais aussi international en vérité.

Insaisissable polymorphe en perpétuelle évolution, le leader de Blur, de Gorillaz et de The Good, The Bad & The Queen (parmi la foultitude de casquettes qu’il a arborées) mériterait bien que l’on relate son épopée. Cela tombe bien car il s’agit là précisément de la mission que s’est donné Nicolas Sauvage avec son ouvrage récemment paru aux éditions Camion Blanc intitulé Damon Albarn, l’échappée belle.

He’s a twentieth century boy with his hands on the rails, trying not to be sick again and holding on for tomorrow

Ce récit, à mi-chemin entre la biographie, la chronique sur l’impact de la pop et l’étude de l’évolution du style Albarn, s’articule de manière chronologique. Ainsi, le lecteur (averti, fan, curieux ou même profane) suit le parcours de Damon Albarn depuis la création de Blur (nommé fut un temps Seymour) jusqu’aux escapades musicales plus bigarrées de Gorillaz avec Song Machine paru en octobre dernier.

Autant dire que le récit se fait ultra riche (on parle là d’environ 400 pages relatant 30 ans d’histoire de la musique), passionnant car détaillé tout en permettant une lecture très fluide et jamais ennuyeuse. Car, en effet, la singularité et la création fertile indéniable d’Albarn sont fascinantes à décortiquer et la plume de Nicolas Sauvage lui fait largement honneur.

Then he puts the TV on, turns it off and makes some tea, says “modern life, well, it’s rubbish”

En somme, une lecture indispensable pour tout admirateur d’Albarn et un ouvrage de référence pour appréhender sa place dans la musique de la toute fin du XXème et du début du XXIème siècle tant par la facette de l’artiste prolixe pétri de références culturelles hétéroclites que par celle de l’artiste influent sur les générations lui succédant.

De quoi se (re)plonger intimement dans la discographie luxuriante de Damon Albarn, petit prince de la britpop qui voulut être roi…

No Comments

Post A Comment