Harry Styles – Harry’s House

Trois ans après l’immense succès de Fine Line, Harry Styles revient avec un 3e album. Comme le premier single l’avait laissé supposer, cet album est bien plus introspectif que les précédents. 

La première chanson, Music For a Sushi Restaurant, est une très bonne introduction à ce nouvel univers proposé par Harry Styles. Déroutant et inattendu, le titre nous conduit tout droit vers les années 80 avec une forte utilisation de synthé. L’excellent mixage en stéréo des percussions garantit une immersion immédiate tandis que l’utilisation de la guitare sur la fin du morceau vient ajouter une texture sonore supplémentaire. On aurait juste aimé que ce passage de guitare soit plus long ! Le choix des chœurs en arrière plan dynamise bien le morceau et l’idée sera réutilisée sur Daydreaming.

 

Cette approche musicale à base de synthé 80’s est le véritable fil conducteur de cette nouvelle ère avec des titres comme Grapejuice, Little Freak ou encore Late Night Talking dont le refrain en fera sûrement le second single. Bien évidement As It Was était un excellent choix en tant que première sortie. Outre son immense succès et son statut de tube, elle illustre parfaitement l’ambiance de Harry’s House bien que son tempo soit l’un des plus rapides. Cinema est également une des grandes réussites avec une basse extrêmement groovy qui rappelle Loose Yourself to Dance des Daft Punk

Harry’s House est bien moins pop-rock et rythmé que les précédents albums, ne bénéficiant pas de titre comme Kiwi ou Golden. Daylight et Satellite sont sans doute les deux titres les plus « rock » avec des constructions similaires. Un début quasi acoustique et très calme puis un crescendo plus ou moins long aboutissant à une explosion de percussions et de synthé. 

Mise à part les synthés, l’autre aspect qui dirige l’album est une forme de mélancolie, à la fois sincère et maîtrisée. Généralement ces titres sont volontairement plus simples et minimalistes afin de montrer la vulnérabilité d’Harry mais aussi de créer une proximité avec l’auditeur (comme sur Matilda ou Boyfriends). Cette récurrence de titres plus calmes engendre des similitudes dans la palette sonore notamment entre Love Of My Life et Little Freak. Et c’est bien le seul problème de cet album ! Là ou Fine Line était un ensemble de tubes facilement dissociables, Harry’s House est un album qui fonctionne véritablement comme un tout. Parfois confus, il nécessite plusieurs écoutes pour en distinguer clairement les nuances.


Harry Styles a fait le choix de faire l’album qu’il avait envie de faire et non celui que l’on attendait de lui. Bien que ce soit déconcertant, on ne peut que respecter ce choix et même se réjouir de cette liberté créative. Certes l’album est moins entraînant que les précédents, mais il reste tout aussi riche musicalement. Il n’est simplement pas comparable car il n’évolue pas dans le même registre. Dans un monde ou tout va toujours plus vite, Harry’s House est un album introspectif qui nécessite de lui accorder de son temps afin de se forger son propre avis. Le plus grand paradoxe vient du fait que Fine Line était un album solaire sorti au coeur de l’hiver, tandis que Harry’s House est un album printanier qui s’écoutera encore mieux sous un plaid avec une tasse de thé au mois de Novembre…

TRACKLIST:

Music For a Sushi Restaurant

Late Night Talking

Grapejuice

As It Was

Daylight

Little Freak

Matilda

Cinema

Daydreaming

Keep Driving

Satellite

Boyfriends

Love Of My Live

LA NOTE DU RÉDACTEUR : 8/10

Ses morceaux favoris : Music For a Sushi Restaurant, Cinema, As It Was, Love Of My Life

Les autres notes :
Fabien : 8/10. As It Was, titre de l’année ?
Diane : 8/10. Merci Harry Styles d’aussi bien construire tes albums.

Tags:
No Comments

Post A Comment