Oliver Sim – Hideous Bastard

Première échappée en solo pour le bassiste de The XX.

Bien évidemment, on connait tous The XX, et plus particulièrement chez Sound of Brit. Parallèlement à ce groupe exceptionnel, le trio a au fil des années volé de ses propres ailes : d’un côté Jamie XX, d’un autre Romy, et enfin celui qui nous intéresse aujourd’hui : Oliver Sim. Ce dernier, bien connu comme détendeur de la basse du trio, s’offre avec Hideous Bastard un premier effort solo à 33 ans. Composé de 10 titres, l’album du londonien propose une pochette perturbante, dérangeante, mais surtout unique.

L’écoute s’ouvre avec Hideous, avec un premier et dernier featuring en la personne d’un certain écossais du nom de Jimmy Somerville. Une entrée en la matière peu rassurante, car nous ne pouvons qu’avouer que les attentes sont grandes pour cet album : les singles ont mis la barre très haute. Bien que Romance With A Mermory n’était pas de ceux-là, Sensitive Child va vite relancer l’écoute avec des instruments qui s’imposent, et qui se marient parfaitement avec la superbe voix de ce cher Oliver.

Never Here n’impressionnant pas alors, tout comme Unreliable Narrator qui s’apparente plus à une transition qu’un véritable titre ; la production étant composée de 10 titres, les inquiétudes grandissent. La belle Saccharine va alors tenter de nous remettre dans le bain, mais il semble déjà trop tard. Quant à Confident Men, les bases sont bonnes mais peut-être pas assez travaillées. 7 titres sont déjà passés, et peu sortent vraiment du lot… Les singles phares arrivent alors, mais sûrement trop tard.

La géniale GMT pointe le bout de son nez, tentant de sauver le sprint final. Impossible de ne pas penser à l’empreinte The XX sur ce morceau, avec ces envolées vocales. L’enchaînement avec Fruit ne nous laisse alors pas le temps de respirer, alors que ce fut bien le cas depuis le début… Un morceau tout simplement superbe, démontrant toutes les qualités de Sim. Run The Credits se charge alors de fermer la marche, confirmant que les meilleurs titres sont tout simplement les trois derniers. Très étonnant…

A la fin de cette écoute, les interrogations sont nombreuses. Pourquoi avoir gardé les 3 meilleurs titres pour les derniers instants de cet album ? N’aurait-il pas été plus judicieux de proposer un tracklisting plus cohérent ? Seul l’artiste a les réponses à ces questions… Le potentiel du britannique n’est plus à prouver ; et on peut s’attendre à encore mieux venant de lui, c’est indéniable.

Par cet album, Oliver Sim propose un final de haute volée qui vient rattraper une longue mise en route.

TRACKLIST :

Hideous (feat. Jimmy Somerville)
Romance With A Memory
Sensitive Child
Never Here
Unreliable Narrator
Saccharine
Confident Man
GMT
Fruit
Run The Credits


LA NOTE DU RÉDACTEUR : 7/10

Ses morceaux favoris :
GMT, Fruit, Run The Credits

Tags:
No Comments

Post A Comment