Bring Me The Horizon – POST HUMAN : NeX GEn

24 mai 2024, sortie du plus attendu des albums inattendus. Comme à leur habitude, Bring Me The Horizon nous prennent complètement de court et dévoilent (par surprise) POST HUMAN : NeX GEn, leur 7e opus.

Pourquoi faire des teasers et des campagnes de communication quand on peut dévoiler la sortie d’un album la veille ? Bring Me The Horizon peuvent se le permettre et ont une nouvelle fois surpris tout le monde. Cet album est probablement celui suscitant le plus d’impatience auprès de la communauté Metal élargie en cette année 2024. Les ambassadeurs du Modern Metal britannique ont réussi à s’élever à un tel niveau qu’ils sont devenus des références absolues du style. Souvent critiqués pour leur direction artistique musicale, ils ont su démontrer qu’ils avaient 10 coups d’avance et étaient bien plus précurseurs que mainstream. Mais alors, il donne quoi ce nouvel album ?

Première écoute – Une usine à tubes

Le voilà, ENFIN ! Après une sortie repoussée depuis septembre 2023 pour l’été 2024, POST HUMAN : NeX GEn sort finalement ce vendredi 24 mai. Il faut tout de même remonter jusqu’en 2021 pour la sortie de Die4U, premier single révélé par le groupe et figurant sur l’album. Depuis, nous avions eu 6 titres différents pour nous mettre l’eau à la bouche et nous laisser le temps de les connaître par coeur. Cet album comporte finalement 15 titres (sans compter l’intro de quelques secondes) et dure 55 minutes. Nous avons donc le plaisir de la nostalgie et de la découverte.

Pas un seul de ces titres ne se ressemble. L’attente se portait autant sur la qualité des productions que sur l’originalité des compositions, notamment depuis le départ de Jordan Fish en septembre 2023. Le claviériste a eu un rôle déterminant dans l’évolution musicale du groupe depuis 2012, et son éviction a suscité beaucoup de doutes sur le virage artistique qu’allaient prendre les natifs de Sheffield. Sur ce nouvel album il est crédité sur 7 titres, son apport est donc significatif mais pas total. Et, honnêtement, on ne différencie pas particulièrement les morceaux sur lesquels il n’a pas participé.

Après cette première écoute nos doutes sont complètement levés, cet opus est à la hauteur des attentes et nous fait découvrir 10 nouveaux titres que l’on prendra plaisir à faire tourner en boucle. L’album est parfaitement cohérent et équilibré et la recherche musicale du détail sur chaque morceau est impressionnante. On décortique tout ça.

Track by Track – Un ping-pong entre Electro, Pop, Punk et Metal

[ost] dreamseeker. Introduction pour le moins minimaliste. Une porte qui s’ouvre, des bruits de pas qui résonnent, une montée stridente avec en point culminant un « Let’s Begin » . Le tout en 19 secondes. C’est parti !

YOUtopia. Bienvenu en 1990. A la première écoute, on sent une influence Deftones dans la guitare. Un refrain très catchy (qualité valable sur la quasi-totalité des titres) et des couplets calmes mais efficaces. Sans être le titre phare, c’est une bonne entrée en matière qui commence calmement un album qui sera plus tumultueux par la suite.

Kool-Aid. Le dernier single sorti en date et c’est indéniablement une grosse claque. Ce titre est clairement dans la catégorie des plus énervés de l’album. La recette fonctionne très bien malgré une structure pas très originale mais l’enchainement de chaque bloc se fait rapidement de manière très naturelle. Et que dire de ce break… il représente parfaitement ce que BMTH fait de mieux sur les derniers titres en date.

Bring Me The Horizon - Kool-Aid (Official Video)

Top 10 staTues tHat CriEd bloOd. Le vent de fraicheur après la tempête. Un « rescue me » qui rentre en tête dès la première écoute, avec un passage complètement fou incluant des sons gaming très intéressants au milieu. Une vibe Pop Punk que l’on retrouve dans plusieurs morceaux et qui est particulièrement efficace.

liMOusIne (feat. AURORA). On réduit les bpms et les guitares prennent le virage Metal Industriel. Une musique lente et puissante qui sent à nouveau le Néo des années 90 aboutie par un Djent Modern très propre. Premier featuring de l’album, avec le chant d’AURORA sur un bridge en milieu de morceau.

DArkSide. 2nd single que l’on connait de cet album. Un titre assez chargé en émotion, avec un très beau passage après le second refrain. Nous vous en avions parlé dans cet article, notre avis n’a pas changé !

a bulleT w/ my namE On (feat Underoath). Après liMOusIne, c’est un nouveau morceau en featuring, mais plus relevé cette fois-ci. La sensation d’avoir déjà entendu ce titre, mais comme c’est BMTH il y a ce petit truc en plus qui le rend unique malgré tout. La guitare lead est très intéressante et les sons électroniques assez subtils rajoutent une mélodie assez prenante qui accroche bien l’oreille.

[ost] (spi)ritual. Transition instrumentale chargée en basse, pavée de sonorités intéressantes.

n/A. Une des plus grosses claques de l’album. Une intro guitare acoustique à la Pixies, quelques passages plus pêchus avec une distorsion lourdes faisant penser au son de Royal Blood. Un titre très progressif et bien chargé en émotions. L’évolution du son et du jeu de la batterie est assez original. La voix d’Oli Sykes est mise en avant sur tous ces aspects que ce soit murmurée, chantée, screamée, c’est une belle démonstration. Une fois encore le refrain est très accrocheur, la balance entre les passages lancinants et les passages plus énervés est parfaite.

LosT. « I think I’m gonna Breakdown » ! Le Pop Punk est de retour sur ce titre (avec son clip) que l’on connaît bien. Nous avions loué son originalité à sa sortie, c’est la première exploration du groupe de cet univers, et c’est très bien exécuté. Ils n’ont rien à envier à leurs amis d’A Day To Remember.

sTraNgeRs. Un titre plus standard, qui aurait pu parfaitement trouver sa place dans That’s The Spirit. Un excellent refrain et un bridge émouvant, le morceau tourne depuis 2 ans déjà donc il n’y a donc pas de réelle surprise. Mais on a hâte de le retrouver en live où son efficacité n’est plus à démontrer.

R.i.p. (duskCOre remix). La première écoute n’était pas très convaincante, mais au fur et à mesure le titre se bonifie complètement. Il est musicalement très intéressant notamment avec les questions-réponses entre les instruments et le refrain qui donne une vraie pêche. La guitare lead fait un gros boulot pour apporter une mélodie jouée en triolet.

AmEN! (feat Lil Uzi Vert, Daryl Palumbo de Glassjaw). Pas un seul reproche à faire. A titre personnel, c’est le meilleur morceau que BMTH à sorti depuis Sempiternal. Complètement déstructuré, d’une violence sans aucun préliminaire, un refrain d’une rare puissance sans parler du breakdown complètement fou, les ingrédients sont nombreux et le rendu est excellent. Ils avaient pour habitude de commencer leur live avec AmEN! après sa sortie, hâte de voir les setlists de cet été.

Bring Me The Horizon - AmEN! (Official Video) ft. Lil Uzi Vert, Daryl Palumbo, Glassjaw

[ost] p.u.s.s.-e. Troisième et ultime transition instrumentale. Pas grand chose à dire, le morceau s’insert bien au milieu des autres, mais n’est pas d’une immense originalité.

Die4U. Devenu un classique de la discographie du groupe. Probablement un des morceaux les plus critiqués par leurs détracteurs à sa sortie. Ce fût le premier single qui suivra Post Human premier du nom et annonçait un renouveau plus Pop et moins Metal. Il s’est grandement bonifié avec le temps et les écoutes, et s’inclu parfaitement dans cet album.

DIg It. Et nous y voilà… le dernier titre qui le ponctue parfaitement cette galette. A l’image de n/a il est également assez progressif, mais beaucoup plus sombre que son prédécesseur. Probablement le plus complexe et recherché musicalement de l’album. C’est l’archétype du patchwork de style que maîtrise BMTH. On ne sait pas à quoi à s’attendre, mais on y va quand même, ce qui résume bien notre sensation à l’écoute de cet album.

Bilan global – Un album fédérateur

Bring Me The Horizon démontrent une nouvelle fois leur faculté à innover et à jongler entre les styles avec une aisance sans équivalence. Le choix des singles dévoilés précédemment ainsi que leur répartition dans l’album permet de ne pas du tout avoir la sensation de lassitude. Leur popularité grandissante est indéniablement le fruit d’une fédération d’un public venant de tous horizons musicaux. Cet album est réussi, largement à la hauteur des attentes, et ne demande qu’à sillonner les routes de l’Europe et du monde entier pour mettre une jolie claque à tous ceux qui auront la curiosité d’y jeter une oreille.

TRACKLIST

[ost] dreamseeker
YOUtopia
Kool-Aid
Top 10 staTues tHat CriEd bloOd
liMOusIne (feat. Aurora)
DArkSide
a bulleT w/ my namE On (feat. Underoath)
[ost] (spi)ritual
n/A
LosT
sTrangeRs
R.i.p. (duskCOre Remix)
AmEN! (feat. Lil Uzi Vert et Daryl Palumbo)
[ost] p.u.s.s.-e
DiE4u
DIg It

La note du rédacteur : 8.5/10

Ses morceaux favoris : AmEN! (feat. Lil Uzi Vert et Daryl Palumbo), Kool-Aidn/A

Les autres notes :
Estelle : 9/10 J’adore ! L’originalité, la cohérence, le chaos ! Moins un point pour les titres [ost] que je ne trouve pas vraiment utiles mais le reste est incroyable !
Augustin : 4/10. Un album fourre-tout où l’énergie prend le pas sur les mélodies, ca manque cruellement de direction artistique…

Pour rappel, ils seront en tournée des festivals européens cet été et feront un crochet par la France au Festival Beauregard et au Mainsquare, par la Suisse au Greenfield et par la Belgique au Graspop.

No Comments

Post A Comment