Tich - Le Divan du Monde

Tich, l’interview : La belle Britannique nous dit tout !

20 ans, un EP et bientôt un album dans sa discographie, mais déjà des centaines de milliers de fans, la star montante de la pop britannique répond aux questions de Sound of Britain.

 

Tich - Le Divan du Monde

 

Premièrement, on sait que tu n’es populaire que depuis quelques mois. Peux-tu nous raconter un peu ta vie (sans rentrer dans les détails bien-sûr) avant d’avoir commencé la musique ? Ton enfance a-t-elle été heureuse ?

Oui, j’ai grandi dans un petit village en Angleterre, avec une famille formidable : j’ai eu une enfance merveilleuse. J’ai eu quelques problèmes de harcèlement à l’école, mais c’est ce qui m’a inspiré plus tard pour chanter. En plus mon père était un passionné de musique, il m’a beaucoup appris.

 

Quand as-tu commencé à faire de la musique ?

J’ai commencé le piano à 6 ans, puis à chanter à 8 ans et à écrire à 11 ans.

 

Et quand as-tu pensé que tu avais une bonne opportunité de faire carrière dans la musique ?
Les gens ont commencé à écouter mes compositions quand j’avais à peu près 15 ans et c’est à cet âge là que j’ai fait mon premier enregistrement mais ça n’a pas été. Donc je me suis dirigée vers Youtube et là ça a marché.

 

“J’ai eu quelques problèmes de harcèlement à l’école”

 

Quels étaient tes artistes favoris à cette époque ?
Il y en avait tellement ! J’adore la musique classique : Bach, Haendel, Mozart, mais aussi la pop : Pixie Lott, Demi Lovato, Britney…  J’écoute aussi du rock. J’aime tout !

 

Et je suppose qu’ils t’ont beaucoup inspirée, tu as fait par exemple la première partie de Pixie Lott…
Oui, elle était à peu près au niveau que je suis maintenant quand j’ai fait sa première partie. Elle était géniale. Elle m’a aussi beaucoup aidée.

 

Parlons du concert que tu as fait à Paris. Tu as reçu un accueil formidable de la part du public parisien. On t’a senti très émue par cette ferveur. Ton ressenti en France a-t-il été différent de celui des autres concerts ?
Carrément. Je crois qu’il y a vraiment quelque chose de spécial avec la French Tichfam. Ils sont adorables et très fidèles. Ils connaissaient toutes les paroles, ils étaient à fond. Ca m’a beaucoup émue et ça a été compliqué de retenir mes larmes…

 

Je suppose que tu as hâte de revenir en France.
Je suis tellement impatiente ! Peut-être pour la première partie de One Direction, croisons les doigts !

 

“A Paris, ça a été compliqué de retenir mes larmes”

 

Le quotidien d’une tournée est plutôt inhabituel, tu passes d’une ville à l’autre, d’un pays à l’autre, est-ce que tu t’y habitues ?
Oui, ça va. J’ai l’habitude de voyager, d’être loin de chez moi. Je voyage dans le monde entier, je suis la fille la plus chanceuse au monde. Oui, il arrive que le confort de la maison me manque (mon lit, mon chien, ma famille…) mais tu sais, dans tout ce que tu fais, il y a des sacrifices à faire. Quand tu travailles du lundi au vendredi par exemple, c’est la routine que tu peux détester. Des fois, cette routine me manque, mais franchement je ne ferais autre chose pour rien au monde.

 

 

Tu as l’air de bien t’entendre avec tes deux musiciens Timothy et Russel. Comment les as-tu rencontrés ?
Ouais, ils sont incroyables ! Je connais Tim depuis des années et en fait, c’est avec lui que j’ai écrit Dumb. C’est l’un des musiciens les plus adorables et talentueux que je connaisse. Il m’a aidé à mettre en place le groupe et m’a présenté à Ross, qui est le mec le plus doux et l’un des meilleurs batteurs que j’ai rencontrés. C’est comme un groupe, il y a une sorte d’alchimie entre nous.

 

“Avec Tim et Russel, on est comme un groupe”

 

Vous avez très vite connu le succès, vous avez reçu des commentaires positifs de la part d’Olly Murs, The Wanted, The Script et même One Direction, vous avez également fait les premières parties de Pixie Lott et Paolo Nutini. Tout cela vous a permis de vous propulser très vite sur les devants de la scène. Quel effet cela vous fait de participer à cette jeune génération de pop britannique ?
Ca m’a beaucoup aidé, faire ces premières parties : j’ai appris à gérer différents public et à savoir comment me comporter sur scène. Et même si un autre groupe joue après, la soirée entière rend les gens enthousiastes, ils sont là essentiellement pour la musique !
Par exemple, Joe Miller, qui est mon voisin à la base, a bien plu aux fans français avant mon arrivée sur scène.
Puis dans cette génération, on est tous amis, je suis par exemple la petite sœur de The Script !

 

On ne te connait vraiment que depuis très peu de temps. As-tu mis du temps avant de t’imposer ?
Pour moi ça a pris une éternité (rires), j’ai commencé la musique à 14 ans, maintenant j’en ai 20. J’ai une chaine Youtube depuis 2 ans. Je fais des tournées depuis 4 ans. J’ai eu des moments difficiles et j’en aurai d’autres par la suite mais bon, tu dois faire avec et travailler dur.

 

Peut-on dire qu’Internet a été ta rampe de lancement ?
Certainement, ça m’a permis de publier ce que je faisais et me faire connaitre.

 

90 000 followers, 25 000 fans sur Facebook, des millions de vues sur Youtube, plus de 100 000 personnes t’ont vue sur scène. Est-ce difficile de gérer un succès aussi fulgurant ?
J’espère juste qu’ils ont apprécié… Ca m’impressionne toujours. Quand tu me dis tous ces nombres, c’est complètement dingue. Ca me met un peu la pression : je suis un peu anxieuse et j’ai toujours envie de satisfaire les gens, du coup c’est un peu moi-même qui me met la pression.

 

Tu parles souvent de ta vie privée dans tes chansons. Je suppose que c’est important pour toi de partager tes sentiments avec tes fans. Qu’en penses-tu ?
Je suis très honnête et tout le monde sait ce que je pense. J’aime expliquer ce qu’il se passe dans ma tête, dans ma vie en général. Donc si quelqu’un d’autre pense la même chose, il peut s’identifier à mes chansons. Ca peut l’aider, et ça m’aide aussi. C’est une thérapie en quelque sorte, on s’aide les uns les autres par la musique !

 

Justement, en parlant de vie privée, n’as-tu pas peur qu’elle finisse aux mains de tabloïds comme il l’est arrivé à Harry Styles ?
Ca ne me fait pas peur parce qu’ils en connaissent autant que tu leur en montres. Je parle de certains aspects de ma vie privée dans mes chansons, mais je ne laisse personne y entrer. D’un côté c’est marrant de savoir jusqu’où ils iront, mais ils ne trouveront jamais la vérité sur moi. On a déjà dit des choses sur moi qui n’étaient pas vraies mais ça ne pose pas de problèmes puisqu’ils ne me connaissent pas.

 

“Ma musique est comme une thérapie, on s’aide les uns les autres”

 

Tu as évoqué la sortie d’un album pendant ton concert, on sait que l’on y trouvera des collaborations avec notamment Wayne Hector, Andrew Frampton ou Mat Prime, peux-tu nous en dire plus ?
L’album est une incroyable expérience pour moi. Comme tu l’as vu au concert, ce ne sont pas que des chansons pop : il y aura aussi des chansons émotionnelles. Il y aura d’autres collaborations, mais je ne peux pas en dire plus… Ca va sortir en début d’année prochaine en tout cas. Restez attentifs donc !

 

L’EP que tu as sorti est-il un bon aperçu de ce que l’on trouvera sur ton album ?
Oui, je pense que l’album est un peu un mix de l’EP et des singles. Donc pas que du piano, pas que des chansons très pop tout le temps.

 

“Partager de tels moments avec mon public, pour moi c’est ça le succès”

 

Penses-tu qu’il va te permettre de confirmer ton succès ?
J’espère. Après, dans ma tête, je sais pas ce que veut dire succès. Je pense que si je fais quelque chose qui me plait à moi et que même si une seule personne achète l’album, j’aurais réussi. J’ai un peu fait l’album pour moi-même aussi, c’est ma façon de m’exprimer. Par exemple, lors de mon concert à Paris, partager un moment pareil avec toutes ces filles, et ces garçons, pour moi c’est ça le succès.

 

La plupart de nos lecteurs sont Français, as-tu un petit mot à dire à tes fans français ?
(ndlr : en français !) « French Tichfam, tu es très belle et je t’aime. »

 

Merci beaucoup
Merci à toi !

 

LES PHOTOS DE TICH EN CONCERT AU DIVAN DU MONDE

LES PHOTOS DE TICH EN SHOWCASE/DEDICACES

TICH, L’IDOLE (BRITISH) DES JEUNES

No Comments

Post A Comment