On y était : Kasabian fait vibrer le Zénith de Paris

Faisant fi des critiques mitigées autour de 48 :13, Kasabian a prouvé au Zénith de Paris qu’il était plus qu’un groupe majeur de la scène rock britannique actuelle.

 

 

Il fut une époque où Tom Meighan n’avait pas peur d’afficher sa prétention et estimer ainsi que son groupe était le meilleur rock band en live. Le tout avec seulement deux albums en poche. Mais quels albums mes chers ! Bien plus assagi aujourd’hui, le leader de Kasabian et sa bande de Lestah ont pris de la bouteille, une assurance évidente sur scène, avec beaucoup de certitudes affichées. Au fil des années, Meighan s’est effacé pour offrir à son compère Sergio Pizzorno une place de co-leader. Le son de Kasabian a évolué, sa façon de se mouvoir sur scène et d’haranguer les foules par la même occasion. Pourtant, dix ans après la sortie de leur album studio, Kasabian est assurément l’un des groupes majeurs de la scène rock britannique. Et ce n’est pas leur prestation à la fois complète et transcendante, au Zénith de Paris, qui viendra contrarier de près ou de loin cette affirmation.

La soirée commençait pourtant d’une manière étrange. A 20h, Pulled Apart By Horses débarquent sur scène et ne vont pas tarder à faire parler les décibels dans un brouhaha hardcore à t’en faire saigner les oreilles. Le Zénith sonne creux, et les absents ont visiblement eu raison. Très reconnaissable en studio, voire même alléchant, le quatuor de Leeds ne propose guère plus sur scène que du bruits maquillant les quelques riffs sérieux et jouissifs proposés en 30 minutes. Ajoutez à cela l’indémodable son pourri du Zénith et vous obtenez une première partie ratée, complètement en contradiction avec la tête d’affiche du soir.

 

Pulled Apart By Horses en concert au Zénith de Paris, le 7 novembre 2014

 

21h, Kasabian pointe le bout de son nez sur l’instrumentale shiva. Bumblebee va très vite mettre le public dans le dur, avec des mouvements de foule qui ne sont pas sans rappeler ce qui habitent le clip (d’ailleurs tourné en proche banlieue parisienne). Mis vite dans le bain, les spectateurs n’ont pas le temps de respirer que Shoot The Runner renvoit à la maîtrise du rock en matière de construction de tubes rock. Leur setlist en sera jalonnée jusqu’au bout.

Tout s’enchaîne très rapidement, à un rythme fou. Le triptyque Underdog / Where Did All The Love Go / Days Are Forgotten, soit un bref résumé de ce à quoi ressemblait le son tubesque de Kasabian avant 48 :13 permet d’introduire idéalement quelques morceaux du dernier opus en question, à savoir l’excellent clouds qui prend tout son intérêt dans l’exercice du live, et l’incontournable eez-eh.

Bien construit, ce concert permettra de naviguer autant dans les anciens titres qui déclenchent quelques sourires et vivas d’amoureux de la nostalgie (Processed Beats, The Doberman), que les plus calmes (Thick as Thieves) ou bien tubesques, avec un excellent Club Foot donnant la réplique à ce Re-wired (extrait de Velociraptor!, leur 4e opus) qui s’est fort bien intégré dans le schéma live voulu par Kasabian.

 

Kasabian en concert au Zénith de Paris, le 7 novembre 2014

 

Avant qu’Empire et l’inévitable Fire ne fassent bouger les foules, en fosse comme en tribune, Kasabian envoie un nouveau message en performant treats, probablement l’un des morceaux les plus ambitieux de 48 :13, servant au passage une partie électronique absolument jouissive et parfait bien ancrée dans le show, laissant les lasers fendre la scène devant un Pizzorno en grande forme.

Au rappel, stevie – dernier single en date de Kasabian – ouvre le bal avant que Vlad The Impaler ne transcende à nouveau la foule de manière bordélique. Une reprise de Fatboy Slim, et un finish bonne vieille époque avec L.S.F., et emballez c’est pesé. Le public, conquis par cette avalanche de bombes rock, en redemande et un constat me vient en tête : comment, après un tel concert, peut-on douter de voir Kasabian assurer dans le rôle de tête d’affiche cet été dans divers festivals européens ? Ce 7 novembre, les absents, contre les détracteurs, avaient de toute évidence tort.

 

NOS PHOTOS DU CONCERT DE KASABIAN A PARIS

 

 

Setlist :

 

(shiva) 

bumblebeee 

Shoot the Runner (“Black Skinhead” intro)

Underdog 

Where Did All the Love Go? 

Days Are Forgotten 

clouds 

eez-eh 

Processed Beats 

The Doberman 

Take Aim 

Thick as Thieves 

Club Foot 

Re‐Wired 

treat 

Empire 

Fire 

——–

stevie 

Vlad the Impaler 

Praise You (Fatboy Slim cover)

L.S.F. (Lost Souls Forever) 

 

2 Comments

Post A Comment