La Découverte Du Dimanche : Thomas J Speight

Aujourd’hui nous vous proposons de découvrir un artiste à la voix délicate, toujours accompagné de sa guitare, qui va vous émouvoir à coup sûr.

 

thomas j speight

 

Sound Of Britain part à la découverte de Thomas J Speight, un jeune londonien de 25 ans qui brille grâce à une musique acoustique indie.

Élevé dans une famille où les goûts musicaux mélangeaient The Beatles, The Shins, Joni Mitchell ou bien Simon & Garfunkel, Thomas J Speight (TJS) commence à écrire des chansons dès l’âge de 12 ans (pour info, c’est un droitier qui joue de la guitare comme un gaucher) et les partage avec des groupes (qu’il jugera mauvais par la suite) avant de décider de commencer une carrière en solo.

Depuis, il a déjà trois EPs à son actif : This House (2009) Together Or Alone (2012) et Willow Tree, sorti en 2010 sur le label Young & Lost Club. Cet EP, produit par Tim Rice-Oxley et Jesse Quin, montre tout le talent de ce jeune homme capable d’allier paroles percutantes et musique recherchée. En même temps, en ayant débuté la composition à 12 ans, on s’y connaît un peu à force.

 

 

L’histoire peut paraître banale : un jeune qui sort des EPs acoustiques. Oui, c’est ça l’histoire. Mais dans ces trois EPs on découvre un réel potentiel grâce à des titres éclatants et profonds. Prenons par exemple, l’émouvante Willow Tree. Le titre prend aux tripes grâce à une guitare harmonieuse et les subtils choeurs féminins. Magnifique. Quant à River, un duo mixte, là encore l’artiste démontre sa capacité, tout en restant dans son domaine acoustique, à créer de nouvelles arpèges douces et touchantes. River est incontestablement le plus beau titre qu’il ait écrit jusqu’à ce jour.

 

 

Le fait que ses chansons soient très bien arrangées et donnent un son complexe (et non pas une acoustique banale) permet que chaque chanson ait son charme et touche différement celui qui les écoute. Au final, on remarque dans sa musique que TJS a des airs de Damien Rice et Ben Howard, et ça ne peut être qu’un compliment. Et au fur et à mesure, l’artiste se fait remarquer par des noms pas si inconnus : Paul McCartney, Travis, The Staves, The Cardinals, Keane, Ed Sheeran, Jake Bugg, Mumford & Sons ou encore Michael Kiwanuka et gagne sa place petit à petit et tout cela est extrêmement mérité.

Au début d’année 2014, il redonne de ses nouvelles en publiant un single : Just Where I Want To Be avec en b-side Never Loved You More. Deux titres à écouter d’urgence également. Just Where I Want To Be est un morceau supporté par une douce voix féminine mais me convainc moins que Never Loved You More, un titre joyeux au rythme saccadé et au refrain fédérateur.

 

 

Actuellement, il prépare son premier album dont on vous donnera sans hésiter des nouvelles…

 

 

Concerts Paul McCartney
No Comments

Post A Comment