Les Wombats donnent le sourire au Trabendo

Toujours dans le cadre du Glitterbug tour, les Liverpudiens ont offert au public parisien un set énergique où la bonne humeur était au rendez-vous.

Ils étaient déjà passés à la Cigale en mars dernier, mais ils ont décidé d’en remettre une couche du côté de la Porte de la Villette, dans une salle où leur cause était acquise d’avance. Néanmoins, le quatuor de pop colorée ne s’est pas reposé sur ses lauriers en livrant une prestation très satisfaisante.

 

The Wombats en concert au Trabendole le Mercredi 03 novembre 2015-328

Après une première partie dans l’esprit de la soirée (Kid Astray, Norvège), le public, qu’on a rarement vu aussi diversifié, est bien chaud et fin prêt pour se frotter aux Wombats. Et c’est sous une ovation assez nourrie que ces derniers entrent en piste avec Give Me a Try, titre de leur petit dernier. Pas de temps mort devant la scène où une bonne partie de l’assemblée est bien décidée à danser. Elle sera servie avec Jump Into The Fog et surtout Moving To New York, éternel chouchou des fans. On est assez bluffés par la capacité du groupe à refiler le syndrome Peter Pan à tout le monde. Oui tout le monde. Ainsi il n’est pas rare de croiser des quinquagénaires se dandiner sur le rythme de 1996. Qui a dit qu’il y avait un âge pour s’arrêter de danser ?

“Bon enfant” est assurément le maître mot de ce soir de novembre, pas de virtuosité sur les instruments, pas de performance scénique à couper le souffle, mais quatre garçons heureux de jouer devant un public heureux de les voir jouer. Matthew Murphy, par conséquent, n’hésite pas à s’adresser à une foule conquise. Quant à la setlist, les morceaux sont bien répartis: une majorité de titres de Glitterbug évidemment, entrecoupés par ceux des deux premiers albums, avec notamment les Techno Fan, les Kill The Director et les Tokyo (Vampires & Wolves) dont les fans rafollent toujours autant.

 

The Wombats en concert au Trabendole le Mercredi 03 novembre 2015-303

Pour le rappel, Matthew Murphy remonte seul sur scène pour nous interpréter Isabel, avant d’être rejoint par le reste du groupe pour Greek Tragedy et de finir sur Lets Dance To Joy Division, histoire d’achever le set et un public épuisé, de la meilleure des manières. Après une heure et demie de live, peu nombreux sont les fans qui quittent la salle déçus, plus nombreux seront ceux qui se précipiteront au bar se rafraîchir. Les Wombats n’auront, en somme, pas eu à forcer leur talent ce soir pour satisfaire le Trabendo.

No Comments

Post A Comment