The Magnetic North ne font pas perdre le Nord

Lors de la dernière Pias Nites à la Maroquinerie, the Magnetic North a défendu son nouvel album et  montré ses limites.

Récemment, SoB vous a expliqué tout l’intérêt que l’on pouvait porter à Prospect Of Skelmersdale, le dernier album de The Magnetic North. Tout en pointant que ce n’était pas forcément toujours transcendant.

Le concert du 30 mars n’a fait que confirmer ce fait. L’atmosphère est là, l’envie de bien faire aussi, le potentiel également (la chanteuse, Hannah Peel,  est une Kate Bush en devenir), la musique est agréable, voire un peu plus. Pourtant SoB restera sur sa faim, l’ensemble de la prestation manque de panache.

Attention, ça ne veut pas dire que c’est mauvais, bien au contraire. C’est juste que le concert laisse trop peu de traces dans la mémoire. Et cela pour une seule raison : aucune chanson n’imprime vraiment. Et c’est dommage parce que SoB a envie d’écrire que The Magnetic North est un groupe fantastique.

Mais il y a une exception qui laisse au groupe le bénéfice du doute : Signs, que ce soit en studio ou en live est un morceau fabuleux qui restera un des titres de 2016. Et même si ça ne s’applique pas vraiment à l’univers poli de The Magnetic North, il déchire sa race grave.

 

Setlist

Stromness

Bays of Skaill

Ward Hill

Rackwick

Hi Life

Old Man of Hoy

Jai Guru Dev

Pennylands

Death in the Woods

Signs

Little Jérusalem

Exit

No Comments

Post A Comment