The Japanese House éblouit le Pop-Up du Label

Quelques heures avant la sortie officielle de son nouvel EP, Amber Bain était de passage au Pop-Up du Label afin de défendre sur scène son projet The Japanese House. Récit. 

C’est sur les coups de 20h30 et devant une foule assez conséquente que les portes de la salle s’ouvrent. Située juste à côté de Gare de Lyon et résolument minimaliste, elle est parfaite pour accueillir The Japanese House, dont la popularité ne cesse de croître et attire un public de plus en plus large et éclectique. Mais avant de découvrir en exclusivité des chansons du tout nouvel EP, Swim Against the Tide (après 2 autres superbes EP), nous accueillons Alligator en première partie. 

Le public accueille avec bonhomie le duo français, qui semble visiblement ravi d’être là. Le set démarre alors, et le tandem délivre une électronique pop française à plusieurs voix, tracée dans le sillage de formations actuelles comme Paradis ou The Pirouettes. Dans le cas de Alligator, rien de bien transcendant malheureusement: les chansons s’enchaînent sans nécessairement se distinguer, le chant se révèle peu clair et surtout peu juste, et le tout manque cruellement de pep’s. Le chanteur a beau troquer synthé contre guitare, les chansons ne se révèlent pas follement emballantes pour autant, et on se retrouve à osciller gentiment de la tête en sachant pertinemment que nous n’éprouverons pas besoin d’y revenir après. Le public se révèle tout de même bon jeu, applaudissant le duo à chaque fin de morceau et réagissant avec plaisir. Le set se conclut sur un ultime sympathique titre, et le chanteur reprend le contrôle du micro pour nous remercier et exprimer son souhait de poursuivre plus loin avec ce groupe. Dans le tsunami de french pop actuel, Alligator ne semble malheureusement pas capable de se distinguer; mais laissons l’avenir et le public en décider. 

alligator

Alligator sortis de scène, les roadies s’activent gentiment pour préparer la scène pour The Japanese House. L’intimité du Pop-Up du Label empêche les grands mouvements et grands passages, et certains éléments de la scène se retrouvent déplacés dans le public le temps de quelques changements. Balances, ajustements de lumière, c’est finalement à 22h que The Japanese House monte sur scène.

Amber Bain est accompagnée sur scène d’un batteur et d’un bassiste-clavier, la musicienne se chargeant pour sa part d’assurer le chant, la guitare et un pad électronique du plus bel effet. Sans un mot, elle dégaine Clean, titre ouverture de l’EP éponyme à la superbe mélodie lancinante. L’ambiance est posée en quelques instants, et le plaisir est total: le chant de Amber, truqué à plusieurs niveaux par un vocodeur aux inimitables sonorités distordues, répond aux mélodies assénées par son jeu de guitare gaucher sur une guitare droitière, aux mélodies du clavier (ressemblant diablement à un tout jeune Bill Hader) et surtout aux rythmes du batteur, mêlant sonorités organiques et électroniques via un élégant jeu pour créer d’incroyables atmosphères, assemblage fou servant systématiquement à la perfection chaque morceau. L’ouverture est de très bonne augure, et la suite du set confirmera cette forte impression.

the-japanese-house

“Je me sens super cool de savoir que des gens à Paris connaissent les paroles de mes chansons” confie la musicienne après un Teeth effectivement repris par de nombreux membres du public. Amber Bain, bien que timide, brave l’épreuve de la scène avec courage et efficacité, meublant les espaces entre les chansons avec des petites anecdotes et autres changements de guitare. Le nouvel EP continue de se dévoiler sous nos oreilles ébahies avec le titre éponyme, et un parfait enchaînement Good Side In, Face Like Thunder (et son accrocheur refrain) et Leon. Tous ces titres témoignent d’une capacité de songwriting d’une capacité et d’une sensibilité folle, confinant systématiquement au magnifique avec cette batterie divine, modèle de fusion électronique et organique qui représente à elle seule un atout majeur. Les deux autres EP ne sont pas en reste, avec notamment un Cool Blue en milieu de set qui vient faire bouger le public, charmé par la perfection du set qui se déroule.

the-japanese-house-9

“C’est notre dernière chanson, c’est un plaisir d’avoir été avec vous ce soir, on espère vous revoir très vite!” C’est sur ce discours concis que Amber Bain balance un Still parfait, son jeu de guitare aérien et unique dévoilant une arabesque de sonorités d’une pure perfection. Le Pop-Up du Label se laisse séduire une ultime fois, avant de voir la formation s’éclipser. Une petite heure de set, l’intégralité des maintenant 3 EP joués, et The Japanese House s’affirme déjà dans nos cœurs comme une irrésistible et superbe évidence. On attend maintenant avec impatience la publication d’un premier album, et surtout une nouvelle date française, pour se laisser à nouveau porter par le fleuve des divines mélodies distillées par la compositrice. Vous l’aurez compris, la musique de The Japanese House est d’une beauté rare et unique, à ne manquer sous aucun prétexte.

Setlist:

Clean

Teeth

Sugar Pill

Pools To Bathe In

Swim Against The Tide

Letter By The Water

Cool Blue

Sister

Good Side In

Face Like Thunder

Leon

Still

En attendant, The Japanese House assurera la première partie de The 1975 sur la partie anglaise de leur tournée européenne 2017; une occasion de se rappeler leur concert à l’Olympia.
No Comments

Post A Comment