Portico Quartet – Art in the Age of Automation

Après s’être reconverti en trio sur l’album “Living Fields” sous le nom de Portico en 2015, les londoniens de Portico Quartet sont de retour depuis le 25 août dernier, tous les quatre cette fois ci, pour leur quatrième album studio “Art in the Age of Automation.

Ce dernier montre une évolution très claire dans le style du groupe. En effet, les connaisseurs se rappèleront de leurs premiers projets jazz, tels que l’excellent Knee-Deep in the North Sea (nominé pour le Mercury Prize en 2008, quand même). Aujourd’hui cependant, même si on en retrouve l’influence, le jazz est beaucoup moins présent dans ce nouvel opus et se retrouve entremêlé à des sons électroniques et des mélodies ambient.

Cette association de styles peut sembler étrange, voire carrément de mauvais goût, mais le quatuor réussit à concocter avec brio un cocktail assez intéressant aux sonorités clairement novatrices. On y retrouve par exemple des atmosphères inquiétantes (pas étonnant puisque c’est l’une des caractéristiques de l’ambient, genre qui domine ce quatrième opus) sur le morceau portant le nom de l’album ou alors des mélodies plus rythmées et catchy sur “RBG”, toutes extrêmement travaillées afin de créer un tout nouveau genre musical, en quelque sorte. Mais peu importe les différences entre les morceaux, ils s’enchaînent tous parfaitement les uns après les autres, de façon presque automatique: le titre de cette nouvelle œuvre annonce donc le thème récurrent de cette dernière.

Difficile de savoir si c’est le mélange d’instruments électroniques à des instruments plus classiques (comme le saxophone et le piano) ou tout simplement la créativité naturelle bien connue de Portico Quartet qui donne à cet album toute son originalité (spoiler alert: c’est les deux), mais une chose est sûre: Duncan Bellamy, Milo Fitzpatrick, Jack Wylie et Keir Vine sont encore une fois fidèles à eux mêmes avec un nouvel album extrêmement fin et complet. En bref, les 4 amis d’enfance ont voulu parler de l’art dans l”age of automation”, et c’est bel et bien un chef d’œuvre qui est proposé.

En revanche, si le style et le type de contenu que propose Portico Quartet se démarque largement des autres groupes de la scène britannique (connue principalement pour ses groupes d’indie pop/rock et alternative), la musique complètement instrumentale peut sembler ennuyante et ne pas être attrayante pour la majorité des amateurs de musique. Par conséquent, “Art in the Age of Automation” risque de ne pas avoir le succès mérité ou de toucher tous les publics. Mais tous les goûts sont dans la nature…

 

Tracklisting

Endless

Objects to place in a tomb

Rushing

Art in the Age of Automation

S/2000S5

A Luminous Beam

Beyond Dialogue

RGB

Current History

Mercury Eyes

Lines Glow

 

 

Nos morceaux favoris: Art in the Age of Automation, RBG

 

LA NOTE: 8/10

Concerts Portico Quartet
 
Portico Quartet à Paris - 23 octobre 2019
No Comments

Post A Comment