Ride en demi-teinte au Pitchfork Festival

Pas aidé par un son faiblard et un public mou du genou, le set du groupe d’Oxford s’est déroulé sur un faux rythme.

Deux ans après leur grand retour, avec notamment un bon concert à l’Olympia, et quelques mois après la sortie de Weather Diaries, la présence de Ride sur l’affiche du Pitchfork Festival se présentait comme une excellente nouvelle pour les fans de shoegaze. Malheureusement, leur prestation nous a laissé sur notre faim. Retour sur une heure de hauts et de bas.

Alors que Rone vient de finir son set électronique, Gardener et ses acolytes montent sur la scène droite de la Grande Halle. Ils débutent leur set avec Lannoy Point, piste d’ouverture du dernier album. Malheureusement, le son de piètre qualité permet difficilement de plonger l’assistance dans l’atmosphère brumeuse de la formation shoegaze… Enchaînement logique avec Charm Assault, devant une assemblée en grande partie dubitative. Néanmoins, Seagull, première piste du premier album, est là pour réveiller tout ce petit monde, avec sa ligne de basse houleuse et ses guitares tumultueuses.

La suite sera un enchaînement d’anciens titres et de pistes du dernier album, ainsi que le dernier single Pulsar, qui peine à convaincre, la faute à un son toujours aussi médiocre. Dans l’assemblée, si quelques fans s’agitent, la Grande Halle est glaciale ; Ride est face à un mur. Heureusement, l’imparable Leave Them All Behind vient réchauffer l’atmosphère, tout comme le magique Vapour Trail. Gardener, Bell et leurs comparses, en diesel, finissent par emballer définitivement le set et nous offrent Drive Blind en guise de conclusion. Évidemment, le break de ce dernier morceau met tout le monde d’accord.

Si Ride ne s’est pas plié en quatre pour livrer aux festivaliers le concert de l’année, on ne peut pas dire qu’ils se sont produits dans les meilleures conditions : le son n’était décidément pas assez fort pour que l’on puisse profiter au mieux de la sombre ambiance du groupe et les festivaliers n’étaient, pour la plupart, pas venus pour eux. On en aura la confirmation deux heures plus tard avec la ferveur réservée pour accueillir The National.

 

La setlist :

Lannoy Point

Charm Assault

Seagull

All I Want

Dreams Burn Down

Pulsar

Taste

Cali

Leave Them All Behind

Vapour Trail

Drive Blind

 

Concerts Ride
 
Ride à Paris - 13 février 2020
No Comments

Post A Comment