Slaves – Acts Of Fear And Love

Avec dynamisme mais aussi surprise, Slaves livrent un album plus qualitatif que quantitatif. Ils prouvent également qu’avec deux instruments uniquement, on peut proposer des compositions variées.

 

 

On ne peut pas dire qu’on soit totalement surpris en écoutant Acts Of Fear And Love, le troisième album du duo punk-rock Slaves. Mais ça peut se comprendre aisément : Slaves ont déjà un public et des fans. Ces derniers ne s’attendent sûrement pas venant d’eux à autre chose que de la rage mise en musique, de l’énergie ravageuse qui se transforme en création musicale. Et ce n’est pas la première piste qui va nous faire dire le contraire. On trouve à foison de puissants riffs joués par Laurie Vincent accompagnés par des percussions relativement simples d’Isaac Holman mais servant avec succès la guitare et renforçant cette atmosphère lourde. Et pourtant, cet opus peut somme tout en surprendre plus d’un….

Les deux compères de Slaves parviennent ainsi à plusieurs reprises à étonner, voire désorienter, l’auditeur. En effet, quelques titres viennent couper court à l’ambiance dynamique qui règne globalement dans l’album. On pense ainsi à Daddy, un joli guitare-voix qui se situe au milieu de l’album et évoque les regrets d’un père avec douceur mais aussi avec peur, ce qui rejoint le titre de l’album. Après quatre titres des plus énergiques (The Lives They Wish They Had, Cut And Run, Bugs, Magnolia), ce titre est à la fois déroutant et séduisant. Et puis il y a aussi ces deux titres, Photo Opportunity et Acts Of Fear And Love, deux morceaux qui se rejoignent par leur structure, alternant des couplets calmes puis des refrains allant crescendo vers du rock puissant.

Ce Acts Of Fear And Love paraît donc moins “brutal” et chaotique que ses prédécesseurs. Un titre comme Chokehold par exemple, bien qu’électrique et remuant, ne transmet pas la même ferveur qu’un Sockets présent sur Are You Satisfied?. Il en va de même pour Photo Opportunity et Acts Of Fear And Love, qui, comme dit précédemment, offrent des moments d’accalmie qui étaient globalement absents sur les précédents morceaux punk-rock du groupe.  C’est un peu comme si on découvrait une nouvelle facette de Slaves, une facette plus vulnérable. L’album semble ainsi être le plus accompli de leur discographie, mais fort heureusement, de nombreux titres (The Lives They Wish They HadCut And Run, BugsMagnoliaChokehold, Artificial Intelligence) nous rappellent que nous avons affaire à Slaves

Neuf titres composent cet album, ce qui est assez peu. C’est en fait le même nombre de morceaux que sur leur EP (assez long, c’est vrai), Sugar Coated Bitter Truth. Qu’importe, à travers ces neuf titres enregistrés en Belgique, Slaves livrent un opus de qualité, un énième uppercut dans leur carrière. Il faut souligner que le duo s’est efforcé de diversifier sa musique, d’expérimenter sans perdre son identité. Comparé à Are You Satisfied? et Take Control, on ressort un peu plus surpris et apaisés de cette écoute. Pour l’instant, l’album fait des ravages, remportant à la fois le succès dans les bacs et les médias !

 

 

Tracklist :

The Lives They Wish They Had
Cut And Run
Bugs
Magnolia
Daddy
Chokehold
Photo Opportunity
Artificial Intelligence
Acts Of Fear And Love

Nos titres favoris : Cut & Run, Magnolia, Photo Opportunity

LA NOTE : 9/10

No Comments

Post A Comment